Aller au contenu

Stop TAFTA , 20 septembre, commu­niqué pour un réfé­ren­dum

Bonjour,

vous trou­ve­rez ci-dessous le commu­niqué de presse du collec­tif qui a été envoyé à la presse.

Commu­niqué de presse : la société civile demande un réfé­ren­dum sur le CETA et présente son nouveau rapport.
A l’oc­ca­sion d’une confé­rence de presse orga­ni­sée à l’As­sem­blée natio­nale ce mercredi 20 septembre, des dizaines d’or­ga­ni­sa­tions envi­ron­ne­men­tales, d’as­so­cia­tions et de syndi­cats ont offi­ciel­le­ment demandé la suspen­sion de l’ap­pli­ca­tion provi­soire du CETA, l’ac­cord de libre-échange entre l’Union euro­péenne et le Canada, prévue le 21 septembre et l’or­ga­ni­sa­tion d’un réfé­ren­dum sur le sujet.

Les orga­ni­sa­tions membres du collec­tif natio­nal Stop TAFTA/CETA ont égale­ment présenté un nouveau rapport : L’im­pact macroé­co­no­mique du CETA et ses consé­quences sur le climat, la santé, l’agri­cul­ture et l’em­ploi qui met en évidence les consé­quences drama­tiques et irré­ver­sibles qu’en­gendre le CETA.

Karine Jacque­mart, contri­bu­trice du rapport et direc­trice géné­rale de food­watch France alerte : « Toutes les normes euro­péennes concer­nant la santé et l’ali­men­ta­tion sont poten­tiel­le­ment visées dans le cadre du CETA, voilà pourquoi il y a urgence à suspendre sa mise en appli­ca­tion soit-disant « provi­soire » et à ouvrir un réel débat sur les impli­ca­tions de ce genre de trai­tés ! »

Selon Maxime Combes, écono­miste et membre d’At­tac France : « entre CETA et climat, Emma­nuel Macron choi­sit le CETA ; au moment où le gouver­ne­ment s’enor­gueillit de vouloir mettre fin à la produc­tion d’éner­gies fossiles sur le terri­toire français, comment peuvent-ils justi­fier un accord qui encou­rage leur produc­tion et leur impor­ta­tion du Canada, appro­fon­dis­sant la dépen­dance de notre système éner­gé­tique aux hydro­car­bures ? »

Henry Ster­dy­niak, écono­miste à l’OFCE et membre du collec­tif des Econo­mistes Atter­rés, dénonce les modé­li­sa­tions écono­miques utili­sées pour justi­fier la mise en oeuvre de cet accord : “une étude sérieuse devrait prendre en compte les effets empi­rique­ment consta­tés de la mondia­li­sa­tion : la hausse de la part des profits (grâce à la mise en concur­rence des sala­riés), la dégra­da­tion de la situa­tion de certaines caté­go­ries de travailleurs, la perte du contrôle démo­cra­tique de la société sur les choix écono­miques, les possi­bi­li­tés d’op­ti­mi­sa­tion fiscale et l’ins­ta­bi­lité finan­cière. Ceux-ci ne sont pas des points de détails que la modé­li­sa­tion a le droit de négli­ger.”

Une péti­tion a déjà réuni près de 200 000 signa­taires exhor­tant le Président Emma­nuel Macron à stop­per la mise en œuvre du CETA. Il faut Nous deman­dons au Président de consul­ter les citoyen.nes à travers l’or­ga­ni­sa­tion d’un réfé­ren­dum. L’enjeu est de taille pour la démo­cra­tie en Europe.


Alexis Chaus­sa­let – Rela­tions médias
+33 (0)1 56 06 43 67 // alexis@at­tac.org

21 ter, rue Voltaire – 75011 Paris (adresse postale)
Villa du Moulin Dago­bert – 75011 Paris (adresse physique)
https://france.attac.org

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.