Aller au contenu

Sud éduca­tion et les 4 de Melle

Du 12 au 16 octobre dernier, 4 profes­seur-e-s du lycée Joseph Desfon­taines de Melle, syndiqué-e-s à SUD éduca­tion, compa­rais­saient devant un conseil de disci­pline en raison de leur parti­ci­pa­tion à la grève contre les épreuves de contrôle continu en février et mars 2020.

Les 4 de Melle ont reçu les déci­sions de sanc­tion mercredi 4 novembre :Pour Sylvie: un dépla­ce­ment d’of­fice, pour Cécile: une exclu­sion tempo­raire de 15 jours sans trai­te­ment, pour Aladin: une rétro­gra­da­tion de l’éche­lon 2 à l’éche­lon 1, pour Sandrine: un blâme.

Ces sanc­tions sont inac­cep­tables : en sanc­tion­nant nos collègues, la rectrice et le ministre Blanquer s’at­taquent tout simple­ment au droit de grève, qui est un droit consti­tu­tion­nel ! La rectrice voulait impo­ser initia­le­ment de dépla­cer d’of­fice à nos cama­rades. La mobi­li­sa­tion du lundi 12 octobre impul­sée par l’in­ter­syn­di­cale de l’aca­dé­mie de Poitiers (SUD, CGT, FSU, FO,CNT) a rassem­blé plus de 1000 personnes venues de toute la France (parmi elles de nombreuses délé­ga­tions des syndi­cats dépar­te­men­taux de SUD Educa­tion, et l’in­ter­pro­fes­sion­nelle Soli­daires 79/86) et a, sans conteste, contri­bué à faire recu­ler le recto­rat de Poitiers : c’est bien évidem­ment insuf­fi­sant et nous n’en reste­rons pas là!

À l’oc­ca­sion des conseils de disci­pline, la défense et les repré­sen­tant-e-s des person­nels ont mis au jour l’in­com­pé­tence de la hiérar­chie à tous les niveaux, les mensonges de l’ad­mi­nis­tra­tion, le non-respect des garan­ties élémen­taires de la défense, les erreurs de procé­dure. L’enquête admi­nis­tra­tive repo­sait sur des ques­tions posées aux person­nels concer­nant leur appar­te­nance syndi­cale et leurs opinions poli­tiques. Les repré­sen­tant-e-s des person­nels ont unani­me­ment refusé toutes les sanc­tions mises aux voix par l’ad­mi­nis­tra­tion. Mieux encore, pour l’un des « accu­sés », c’est l’avis d’ab­sence de sanc­tion qui obtient la majo­rité.

Le désa­veu est de taille pour la Rectrice quand on sait à quel point ces procé­dures sont norma­le­ment gagnées d’avance pour l’ad­mi­nis­tra­tion qui y est à la fois enquê­trice, accu­sa­trice et juge. Désa­vouée par ses propres procé­dures, Béné­dicte Robert n’en a pas moins décidé de passer en force et d’ap­pliquer ces sanc­tions qu’au­cun des conseils de disci­pline n’a vali­dées ! La diffé­rence dans les sanc­tions appor­tées ne fait que symbo­li­ser le recul progres­sif de l’ad­mi­nis­tra­tion ; en effet, cette diffé­ren­cia­tion n’est en rien justi­fiable puisque les dossiers des quatre ensei­gnants sont, sauf diffé­rences très mineures, iden­tiques. Ici, seul l’ordre de passage justi­fie l’am­pleur de la sanc­tion!

Pour SUD éduca­tion et recherche 86, il s’agit bien d’une déci­sion de répres­sion anti-syndi­cale assu­mée par le ministre de l’Édu­ca­tion. Contre la répres­sion, la soli­da­rité est notre arme! SUD éduca­tion et recherche 86 exige l’aban­don immé­diat des sanc­tions contre nos cama­rades et leur réta­blis­se­ment dans leurs droits.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.