Aller au contenu

Syndi­cat SNES: « réor­ga­ni­sa­tion de l’hom­mage à Samuel Paty: une déci­sion indigne »

30 octobre,

Pour le Snes-FSU, l’hom­mage à Samuel Paty doit avoir lieu. Agis­sons dès main­te­nant pour hono­rer digne­ment la mémoire de notre collègue assas­siné.

Le minis­tère vient d’an­non­cer que l’or­ga­ni­sa­tion de l’hom­mage à Samuel Paty, lundi 2 novembre, était modi­fiée. Tous les temps d’échanges prévus entre adultes sont annu­lés. Il reste seule­ment une minute de silence, pas néces­sai­re­ment prépa­rée avec les élèves. Cette déci­sion est indigne.

Notre collègue a été assas­siné. Déca­pité. Parce qu’il exerçait son métier.

Le ministre de l’Édu­ca­tion natio­nale fait le choix de réduire le néces­saire temps de réflexion, d’échange, de partage à une simple minute de silence. Il affai­blit aussi l’in­dis­pen­sable travail péda­go­gique que nous devons commen­cer avec nos élèves.

L’école a été attaquée. La commu­nauté éduca­tive est meur­trie. Nous ne pouvons pas rentrer, reprendre le chemin de nos établis­se­ments scolaires comme si de rien n’était.
D’autres orga­ni­sa­tions étaient possibles permet­tant de tenir compte des condi­tions de cette rentrée hors normes. Elles ont été balayées d’un revers de la main, sans consi­dé­ra­tion pour les impé­ra­tifs humains et péda­go­giques.

Colère, incom­pré­hen­sion, mépris…. les mots manquent.

Samuel Paty a payé de sa vie son enga­ge­ment profes­sion­nel pour des prin­cipes qui nous réunissent toutes et tous. Nous lui devons un hommage plein et entier.

  • Le SNES-FSU inter­pelle dès ce soir le ministre de l’Édu­ca­tion natio­nale pour qu’il revienne sur sa déci­sion.
  • Il appelle les person­nels à s’adres­ser dès main­te­nant à leurs chefs d’éta­blis­se­ment pour main­te­nir le dispo­si­tif prévu initia­le­ment avec 2 heures bana­li­sées en début de mati­née.
  • Là où cette orga­ni­sa­tion ne serait pas main­te­nue, le SNES-FSU appelle les person­nels à faire grève et à se réunir dans l’éta­blis­se­ment pour tenir ce temps d’échange indis­pen­sable afin de prépa­rer le retour des élèves.

Jean-Michel Blanquer répète souvent être le ministre des profes­seurs. Qui peut encore le croire ce soir ?

Lundi 2 novembre, quoi qu’en dise le ministre, nous rendrons hommage à Samuel Paty, profes­seur d’his­toire-géogra­phie, assas­siné parce qu’il faisait son métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.