Aller au contenu

Tribune libre. Face à la calom­nie et au mensonge. En défense de la psycha­na­lyse.

Un texte d’uni­ver­si­taires publié le 22 octobre dans l’Obs est inti­tulé «  la psycha­na­lyse ou l’exer­cice illé­gal de la méde­cine  » (1). Ce texte a ensuite été repris avec enthou­siasme par le Figaro. Il est devenu une péti­tion qui rassemble plus de 700 signa­tures. Les psycha­na­lystes y sont accu­sés d’ « emprise sectaire » à l’Uni­ver­sité et la psycha­na­lyse y est défi­nie comme pratique « anti­so­ciale ». Parmi les signa­taires on note le profes­seur Van Rillaer qui appa­rut comme l’ar­ti­san prin­ci­pal du « Livre noir de la psycha­na­lyse » (2), ce livre collec­tif, un brûlot, paru en 2005. On note aussi la signa­ture de Martine Wonner, psychiatre deve­nue dépu­tée LREM, qui a publié avec d’autres un rapport parle­men­taire sur la psychia­trie (3). Cette signa­ture apporte la caution du parti majo­ri­taire, de l’équipe gouver­ne­men­tale. C’est un véri­table retour de la science psychia­trique d’état que vient signi­fier la signa­ture de Wonner; elle concourt à cette volonté d’une police de la pensée à la façon de ce fit la dicta­ture stali­nienne au 20ème siècle. La même qui cite Basa­glia et Bonnafé !

Ces péti­tion­naires exigent que la psycha­na­lyse soit exclue des tribu­naux ; ces collègues semblant igno­rer que les experts nommés par la justice le sont comme psychiatres ou psycho­logues, pas comme psycha­na­lystes, et que les experts ayant une pratique psycha­na­ly­tique sont très très peu nombreux.

Ils exigent que la psycha­na­lyse soit exclue aussi de l’Uni­ver­sité alors que le nombre des psycha­na­lystes dans les facul­tés de psycho­lo­gie, de méde­cine et autres insti­tuts de forma­tion est en chute libre depuis une dizaine d’an­nées.

 Une réponse a été appor­tée à ces chas­seurs de psycha­na­lystes par des univer­si­taires psycha­na­lystes (4). Elle mérite d’ être lue et diffu­sée, elle affirme la néces­saire « diver­sité des recherches et des soins » face à ceux qui veulent « exclure la psycha­na­lyse de la cité ». Nous signons la péti­tion de ces collègues.

Ils notent que nos adver­saires de papier concluent leur texte vibrant d’ar­deur répres­sive par un appel aux Prési­dents d’Uni­ver­sité exigeant qu’ils cessent de recru­ter des ensei­gnants cher­cheurs ayant une forma­tion psycha­na­ly­tique. Pourquoi main­te­nant ? Parce que les élec­tions au collège psycho­lo­gie du Conseil natio­nal des univer­si­tés vont avoir lieu bien­tôt, parce que des places pour les amis sont à gagner. C’est leur vision de l’in­té­rêt commun….

 Nos enne­mis de la psycha­na­lyse veulent aussi exclure la psycha­na­lyse des insti­tu­tions psychia­triques alors que dans la majo­rité de ces lieux elle n’ a plus droit de cité. Mais pour ces gens-là tout psy parlant de Freud est un suspect  et ils voient des psycha­na­lystes partout, y compris partout où il n’y en a plus.

Ces tenants de l’éra­di­ca­tion de la psycha­na­lyse, qu’ils quali­fient d’ « anti­so­ciale » , mènent cette bataille depuis une ving­taine d’an­nées avec l’ap­pui des tech­no­crates néoli­bé­raux des gouver­ne­ments succes­sifs. En 2004, la Haute auto­rité de santé affirma que les approches psycho­thé­ra­peu­tiques étaient « non perti­nentes » avant de devoir piteu­se­ment se rétrac­ter. En 2005, le « Livre noir de la psycha­na­lyse » prenait le relai, plus tard Michel Onfray reco­pia leurs argu­ments. La bataille n’a jamais cessé et très récem­ment Sophie Cluzel, secré­taire d’Etat, affir­mait que les autistes devaient échap­per à la mise en présence de tout psychiatre- supposé psycha­na­lys­te… (5). Des offi­cines comme les Fonda­tions Montaigne et FondaMen­tal livrent la feuille de route -dans notre champ en parti­cu­lier- à l’Etat néoli­bé­ral, ce sont eux qui orga­nisent l’éra­di­ca­tion de la psycha­na­lyse. Martine Wonner et le minis­tère actuel de la santé sont en première ligne au service de l’hos­pi­ta­li­sa­tion privée capi­ta­liste, des Assu­rances, des firmes phar­ma­ceu­tiques et de leurs merce­naires.

Le bilan de la situa­tion dans les insti­tu­tions psychia­triques et du médico-social a été fait par le Prin­temps de la psychia­trie (6). L’in­fluence de la psycha­na­lyse et de la psycho­thé­ra­pie insti­tu­tion­nelle tendent à dispa­raître. Les théra­pies cogni­tivo-compor­te­men­tales sont présen­tées comme la pana­cée, les proto­coles de soins sont impé­ra­tifs selon la Haute auto­rité de la santé (qui fut prési­dée par la Ministre actuelle de la Santé). Les consé­quences sont sues de tous : des soignants épui­sés, la dispa­ri­tion des réunions de travail, les équipes destruc­tu­rées, la bureau­cra­tie étouf­fante des mana­gers, la pensée clinique appau­vrie à en pleu­rer, les démis­sions de psychiatres hospi­ta­liers comme jamais, etc.Et les respon­sables en sont le Minis­tère, les poli­tiques d’aus­té­rité, les cadres et direc­teurs obsé­dés par la renta­bi­lité TAA, le respect de proto­coles figés et une gestion déshu­ma­ni­sée des « ressources soignantes ».

Bien sûr, la Ministre va affi­chant un visage de compas­sion de plateau de télé­vi­sion en service psychia­trique, mais elle reste inflexible, impi­toyable : « une bonne réor­ga­ni­sa­tion avec mes mana­gers et sans embauche et sans hausse des salaires, et tout sera réglé », tel est le contenu de ses décla­ra­tions. Le profes­seur Belli­vier qui l’as­siste travaille aussi pour FondaMen­tal, il parle comme un ordi­na­teur de dernière géné­ra­tion. Madame Martine Wonner est la commu­ni­cante de l’équipe ; elle cite la psycho­thé­ra­pie insti­tu­tion­nelle de Bonnafé, le Prin­temps de la psychia­trie, le Basa­glia de Psichia­tria demo­cra­tica pour montrer sa culture, mais ses propo­si­tions visent à détruire ce qui peut subsis­ter de vivant de ces expé­riences et elle signe cette péti­tion liber­ti­cide. Elle ose tout.

C’est depuis la tête de l’État que sont menées ces attaques inces­santes contre la psycha­na­lyse, contre la psycho­thé­ra­pie insti­tu­tion­nelle, contre la psychia­trie infanto-juvé­nile, contre la psychia­trie publique. C’est depuis la tête de l’État que s’or­ga­nise la recon­fi­gu­ra­tion de la disci­pline psychia­trique, au point de la rendre mécon­nais­sable. Van Rillaer et ses amis s’adressent à l’État, sachant que leurs amis y détiennent tous les pouvoirs. Leur ruse étant de se présen­ter comme mino­rité assié­gée, à la façon d’un Eric Zemmour par exemple.

Mais pourquoi veulent-ils donc avec achar­ne­ment la dispa­ri­tion de la psycha­na­lyse ? Ils pour­raient se conten­ter de lui réser­ver une place rési­duelle, une réserve grilla­gée, mais cela ne leur suffit pas.

 Une première réponse est d’y voir un aspect de l’ expan­sion des ségré­ga­tions et exclu­sions diverses à l’œuvre à notre époque(7). C’est une des formes du tour­nant auto­ri­taire du néoli­bé­ra­lisme en France -et dans le monde.

Mais que savons nous du néoli­bé­ra­lisme ? C’est cette phase du capi­ta­lisme qui s’est étendu sur la planète depuis les années 1980, elle est née aux USA, en Grande-Bretagne, et aussi au Chili. Les géné­raux chiliens après avoir pris le pouvoir en 1973 par un coup d’état mili­taire orga­ni­sèrent la terreur blanche, tortu­rèrent et massa­crèrent à une échelle de masse pendant que les écono­mistes néoli­bé­raux, les Chicago boys, avaient carte blanche pour priva­ti­ser sans entrave les richesses du pays. « La cordillère des songes », le beau film de Patri­cio Guzman nous le rappelle.

Le néoli­bé­ra­lisme est un ennemi de la démo­cra­tie dès ses origines. Le peuple chilien en son extra­or­di­naire soulè­ve­ment actuel conteste cet ordre injuste et cruel dont il a tant souf­fert. Ce qui fut mis en œuvre au Chili, comme en Chine plus tard, c’est la « Stra­té­gie du choc » décrite par Naomi Klein en 2008 (8).

C’est cette stra­té­gie du choc qu’il nous faut discer­ner à l’œuvre en France : Gilets jaunes ébor­gnés par dizaines lors des répres­sions et calom­niés en sus, répres­sion des syndi­ca­listes et campagnes de presse contre les chemi­nots, direc­tions syndi­cales se heur­tant au refus de tout dialogue du pouvoir et du patro­nat, attaque annon­cée contre les retraites par répar­ti­tion, mise à mal de tous les services publics au profit des capi­ta­listes, répres­sion poli­cière toujours plus forte et marquée de racisme, etc. Ce gouver­ne­ment frappe partout, s’ap­puyant sur un réseau d’édi­to­ria­listes au service des milliar­daires qui les paient, et le président des ultra-riches coor­donne l’en­semble.

En Europe comme aux USA et en Chine, c’est une entre­prise liber­ti­cide qui se déploie.

A l’échelle des indi­vi­dus, le néoli­bé­ra­lisme veut nous refor­ma­ter en « entre­pre­neurs de soi » comme Pierre Dardot et Chris­tian Laval (à la suite des travaux de Michel Foucault) le démon­trèrent brillam­ment (9). Le néoli­bé­ra­lisme nous veut réduits à des monades soli­taires adeptes de l’auto-exploi­ta­tion. Quelques années après la paru­tion de ce livre nous en sommes à consta­ter l’am­pleur des dégâts causés par cette logique qui intime l’ordre d’ être corvéable à merci et de se convaincre que tel est son choix. Le film de Ken Loach, «  Sorry we missed you » décor­tique cette logique morti­fère, cette réduc­tion de l’hu­ma­nité.

Nos réduc­teurs de têtes pensantes s’at­taquent à la psycha­na­lyse au nom de la Science. Mais leur propos est étran­ger à la contro­verse scien­ti­fique, à la recherche de nouvelles véri­tés scien­ti­fiques. Les théra­pies cogni­tivo-compor­te­men­tales se réfèrent à la science mais elles ne sont que des programmes simplistes. Le noyau ration­nel du texte des amis de Van Rillaer est à trou­ver dans le propos du Délé­gué inter­mi­nis­té­riel à la trans­for­ma­tion publique  trouvé un collègue (10) : « les sciences compor­te­men­tales » « replacent les attentes et les pratiques des usagers au cœur de la fabrique de la déci­sion poli­tique ». Au cœur de leur projet est bien la destruc­tion de la notion d’in­té­rêt géné­ral, de bien commun, leur explo­sion au profit de la réfé­rence aux consom­ma­teurs et usagers, isolés. La « science » à laquelle il se réfère est une conduite à tenir, un proto­cole, une cari­ca­ture de science. Ce qui est aux commandes avec cette équipe c’est un scien­tisme à voca­tion tota­li­taire.

Ce qui appa­raît insup­por­table pour ces idéo­logues dotés de gros moyens finan­ciers, c’est de consi­dé­rer l’ être humain comme être de parole à la singu­la­rité irré­duc­tible. Ils affirment même qu’il existe une « sexua­lité normale », alors que les sexua­li­tés admises socia­le­ment, et aussi les formes de famille, se sont multi­pliées. Devons nous nous attendre à l’édi­tion d’un guide des bonnes pratiques sexuelles édité par ces signa­taires en colla­bo­ra­tion avec la HAS? 

La psycha­na­lyse quelles que soient ses variantes appa­rait comme un des refuges de l’in­ti­mité de l’être parlant, comme une des formes restantes de possi­bi­lité de liberté. Bref, la psycha­na­lyse comme toute pensée critique est stric­te­ment insup­por­table aux tenants du néoli­bé­ra­lisme dans sa phase de radi­ca­li­sa­tion auto­ri­taire.

 Les contemp­teurs de la psycha­na­lyse se trouvent d’abord à l’ex­trême-droite et dans la droite macro­nienne ou chez les Répu­bli­cains. Ils sont nombreux aussi dans les milieux de gauche et d’ex­trême-gauche ; espé­rons que l’hé­gé­mo­nie actuelle des forces de l’ordre moral nouveau inci­tera ces derniers comme toutes celles et ceux qui défendent les idéaux de liberté er de soli­da­rité au-delà de telle ou telle préfé­rence parti­sane,  à veiller à ne pas mêler leurs critiques à celles des forces liber­ti­cides.

Pascal Bois­sel, 3–11–2019

Notes.

1.https://www.justi­ce­sans­psy­cha­na­lyse.com/

 2.« Le livre noir de la psycha­na­lyse », sous la direc­tion de Cathe­rine Meyer, Ed ; Les arènes, 2005.

 3. https://www.uspsy.fr/Qui-est-respon­sable-de-la.html

https://www.uspsy.fr/Selon-les-parle­men­taires-la.ht

4. « Contre l’ex­clu­sion de la psycha­na­lyse, pour la diver­sité des méthodes de recherches et de soins, un appel à la pensée » http://chng.it/VsrmkfJ

5. https://www.uspsy.fr/Pedo­psy­chiatres-et-psychiatres-du.html

 6. https://prin­temps­de­la­psy­chia­trie.org/2019/01/30/premier-article-de-blog/

7. Paul E. Machto, https://blogs.media­part.fr/edition/contes-de-la-folie-ordi­naire/article/311019/si-par-hasard-tu-croises-la-psycha­na­lyse-fripon-fais-gaffe?fbclid=IwAR1mjdnqAvFa3JmSC8fdLFFtC46TNDJdn23NhQPirLGXqEz5dt­prMjMD_KI

8. Naomi Klein, « La stra­té­gie du choc : la montée d’un capi­ta­lisme du désastre », Actes sud, 2008.

9. Pierre Dardot et Chris­tian Laval, « La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néoli­bé­rale » ;, La décou­verte, 2009.

10. Benja­min Royer https://blogs.media­part.fr/royer-benja­min/blog/011119/les-sciences-neuro­com­por­te­men­tales-nouvelle-avan­cee-du-0. neoli­be­ra­lisme

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Tribune libre. Face à la calom­nie et au mensonge. En défense de la psycha­na­lyse. »

  1. Blaquier dit :

    Excellent site. la véritable machine à déconstruire la calomnie du nom de Freud, de Lacan suppose désormais de prendre au sérieux l’apport considérable d’Alain Badiou à la philosophie contemporaine en donnant aux travaux de Lacan une place centrale. La conséquence est l’ouverture d’un champ épidémique nouveau : l’antiphilosophie au coeur de la philosophie (prolongeant ainsi la dynamique originale de Deleusze et Guattari découvrant, déchiffrant la nécessité de la fonction quasi politique (clinique et critique) de l’anti-Oedipe au centre de l’Oedipe.

    Répondre

Répondre à Blaquier Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.