Aller au contenu

Un gilet jaune de Gironde, pompier volon­taire d’une cinquan­taine d’an­nées, blessé griè­ve­ment par la police à Bordeaux

France 3 Nouvelle Aqui­taine :

Un homme blessé à la tête samedi lors de la mani­fes­ta­tion des gilets jaunes est toujours hospi­ta­lisé

Publié le 14/01/2019 par Fran­ce3 Nouvelle Aqui­taine

La victime, origi­naire de Bazas en Gironde, a reçu un projec­tile au niveau de la tempe. Il faisait partie d’un groupe de gilets jaunes fuyant les forces de l’ordre, dans une rue adja­cente à la rue Ste Cathe­rine à Bordeaux. De nombreuses videos le montrent à terre, la tête en sang. 

La scène se déroule samedi 12 janvier, lors de la neuvième mani­fes­ta­tion borde­laisedes gilets jaunes. La foule arrive vers le haut de la rue Ste Cathe­rine, à une centaine de mètres du Grand Théâtre. Les poli­ciers inter­viennent pour « évacuer la rue Ste Cathe­rine » témoigne un mani­fes­tant, et suite à « trois appels de l’Apple Store«  au 17, qui « se sentait encer­clé« , précise Chris­tine Tocoua, char­gée de commu­ni­ca­tion à la Direc­tion Dépar­te­men­tale de la Sécu­rité Publique.

C’est dans ce contexte que les forces de l’ordre avancent, flash­ball en main pour certains poli­ciers et grenades lacry­mo­gènes à portée. 

Ils reçoivent quelques projec­tiles de la part des mani­fes­tants restés rue Ste Cathe­rine. Puis s’ar­rêtent au niveau d’une rue adja­cente, à l’angle de l’Apple Store où un groupe de mani­fes­tants s’en­fuie en courant.

Là, on aperçoit des poli­ciers tirer, équi­pés d’un lanceur de flash-ball, comme le montrent ces images diffu­sées dès samedi soir par France 3 Aqui­taine.
La caméra filme les forces de l’ordre puis tourne l’objec­tif vers une victime, à terre, immo­bile, à une tren­taine de mètres.

Des passants viennent lui porter secours et appellent les pompiers. L’homme se redresse, la tête en sang, puis se rallonge. Des « street medic », soignants volon­taires des gilets jaunes, arrivent quelques minutes plus tard pour lui prodi­guer des premiers soins. L’homme est conscient. Il sera fina­le­ment évacué par les pompiers vers l’hô­pi­tal Pelle­grin.


 Plongé dans un coma arti­fi­ciel

Selon des sources concor­dantes, la victime a été opérée d’une hémor­ra­gie céré­brale et placée en coma arti­fi­ciel. (…) « Cet homme n’a rien fait ! Il ne fuyait pas avec les autres, il marchait, il a reçu un coup alors qu’il était de dos et il est tombé » témoigne, indi­gné, un mani­fes­tant, « il venait là pour défendre son pouvoir d’achat, cet homme n’a rien fait » nous répète t-il. (…)
L’homme blessé, âgé d’une cinquan­taine d’an­nées, est connu pour son enga­ge­ment auprès des pompiers volon­taires et des jeunes sapeurs pompiers de Bazas, dans le sud-Gironde, où il vit avec son épouse et ses trois enfants.

Gilet jaune blessé à Bordeaux par la police: Olivier, pompier, est dans le coma

La rédac­tion de France-Soir – 14/01/2019

Des images de la mani­fes­ta­tion de samedi à Bordeaux montrent un gilet jaune grave­ment blessé à la tête après une inter­ven­tion de la police dans les rues de la ville. Vrai­sem­bla­ble­ment touché par un tir de flash-ball ou une grenade de la police, ce père de famille a dû être plongé dans le coma arti­fi­ciel compte tenu de la gravité de son état, selon les infor­ma­tions recou­pées par France-Soir.

Les images sont d’une grande violence et ont été en partie authen­ti­fiées par les services de « fact checking » de l’Agence France Presse: un mani­fes­tant gilet jaune a été grave­ment blessé samedi 12 à Bordeaux en marge de la mani­fes­ta­tion « Acte 9 » des gilets jaunes, après une inter­ven­tion lors de laquelle la police a tiré au flash­ball et jeté un grenade assour­dis­sante.

Les images d’abord diffu­sées par France 3 Nouvelle-Aqui­taine montrent un homme au sol sur le ventre portant le fameux gilet jaune après que des poli­ciers aient, semble-t-il, tiré avec un lanceur de balle de défense et envoyé une grenade assour­dis­sante dont on entend distinc­te­ment la déto­na­tion.

D’autres images, dont l’Agence France Presse a confirmé qu’elle ont été tour­nées par un jour­na­liste, montre l’homme saignant abon­dam­ment du visage en train d’être secouru par des « street medics » (des soigneurs impro­vi­sés en marge des mani­fes­ta­tions), puis pris en charge par les pompiers.

Selon les infor­ma­tions recou­pées par France-Soir, la victime, Olivier B. vit à Bazas, une commune à 70 kilo­mètres de Bordeaux. Il est pompier volon­taire dans la commune et père de trois enfants. Il souffre d’une hémor­ra­gie céré­brale, a subi une opéra­tion et a été placé en coma arti­fi­ciel. Les méde­cins ne se prononcent pas encore sur d’éven­tuelles séquelles.(…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.