Aller au contenu

Un gilet jaune de Gironde, pompier volon­taire d’une cinquan­taine d’an­nées, blessé griè­ve­ment par la police à Bordeaux

France 3 Nouvelle Aqui­taine :

Un homme blessé à la tête samedi lors de la mani­fes­ta­tion des gilets jaunes est toujours hospi­ta­lisé

Publié le 14/01/2019 par Fran­ce3 Nouvelle Aqui­taine

La victime, origi­naire de Bazas en Gironde, a reçu un projec­tile au niveau de la tempe. Il faisait partie d’un groupe de gilets jaunes fuyant les forces de l’ordre, dans une rue adja­cente à la rue Ste Cathe­rine à Bordeaux. De nombreuses videos le montrent à terre, la tête en sang. 

La scène se déroule samedi 12 janvier, lors de la neuvième mani­fes­ta­tion borde­laisedes gilets jaunes. La foule arrive vers le haut de la rue Ste Cathe­rine, à une centaine de mètres du Grand Théâtre. Les poli­ciers inter­viennent pour « évacuer la rue Ste Cathe­rine » témoigne un mani­fes­tant, et suite à « trois appels de l’Apple Store«  au 17, qui « se sentait encer­clé« , précise Chris­tine Tocoua, char­gée de commu­ni­ca­tion à la Direc­tion Dépar­te­men­tale de la Sécu­rité Publique.

C’est dans ce contexte que les forces de l’ordre avancent, flash­ball en main pour certains poli­ciers et grenades lacry­mo­gènes à portée. 

Ils reçoivent quelques projec­tiles de la part des mani­fes­tants restés rue Ste Cathe­rine. Puis s’ar­rêtent au niveau d’une rue adja­cente, à l’angle de l’Apple Store où un groupe de mani­fes­tants s’en­fuie en courant.

Là, on aperçoit des poli­ciers tirer, équi­pés d’un lanceur de flash-ball, comme le montrent ces images diffu­sées dès samedi soir par France 3 Aqui­taine.
La caméra filme les forces de l’ordre puis tourne l’objec­tif vers une victime, à terre, immo­bile, à une tren­taine de mètres.

Des passants viennent lui porter secours et appellent les pompiers. L’homme se redresse, la tête en sang, puis se rallonge. Des « street medic », soignants volon­taires des gilets jaunes, arrivent quelques minutes plus tard pour lui prodi­guer des premiers soins. L’homme est conscient. Il sera fina­le­ment évacué par les pompiers vers l’hô­pi­tal Pelle­grin.


 Plongé dans un coma arti­fi­ciel

Selon des sources concor­dantes, la victime a été opérée d’une hémor­ra­gie céré­brale et placée en coma arti­fi­ciel. (…) « Cet homme n’a rien fait ! Il ne fuyait pas avec les autres, il marchait, il a reçu un coup alors qu’il était de dos et il est tombé » témoigne, indi­gné, un mani­fes­tant, « il venait là pour défendre son pouvoir d’achat, cet homme n’a rien fait » nous répète t-il. (…)
L’homme blessé, âgé d’une cinquan­taine d’an­nées, est connu pour son enga­ge­ment auprès des pompiers volon­taires et des jeunes sapeurs pompiers de Bazas, dans le sud-Gironde, où il vit avec son épouse et ses trois enfants.

Gilet jaune blessé à Bordeaux par la police: Olivier, pompier, est dans le coma

La rédac­tion de France-Soir – 14/01/2019

Des images de la mani­fes­ta­tion de samedi à Bordeaux montrent un gilet jaune grave­ment blessé à la tête après une inter­ven­tion de la police dans les rues de la ville. Vrai­sem­bla­ble­ment touché par un tir de flash-ball ou une grenade de la police, ce père de famille a dû être plongé dans le coma arti­fi­ciel compte tenu de la gravité de son état, selon les infor­ma­tions recou­pées par France-Soir.

Les images sont d’une grande violence et ont été en partie authen­ti­fiées par les services de « fact checking » de l’Agence France Presse: un mani­fes­tant gilet jaune a été grave­ment blessé samedi 12 à Bordeaux en marge de la mani­fes­ta­tion « Acte 9 » des gilets jaunes, après une inter­ven­tion lors de laquelle la police a tiré au flash­ball et jeté un grenade assour­dis­sante.

Les images d’abord diffu­sées par France 3 Nouvelle-Aqui­taine montrent un homme au sol sur le ventre portant le fameux gilet jaune après que des poli­ciers aient, semble-t-il, tiré avec un lanceur de balle de défense et envoyé une grenade assour­dis­sante dont on entend distinc­te­ment la déto­na­tion.

D’autres images, dont l’Agence France Presse a confirmé qu’elle ont été tour­nées par un jour­na­liste, montre l’homme saignant abon­dam­ment du visage en train d’être secouru par des « street medics » (des soigneurs impro­vi­sés en marge des mani­fes­ta­tions), puis pris en charge par les pompiers.

Selon les infor­ma­tions recou­pées par France-Soir, la victime, Olivier B. vit à Bazas, une commune à 70 kilo­mètres de Bordeaux. Il est pompier volon­taire dans la commune et père de trois enfants. Il souffre d’une hémor­ra­gie céré­brale, a subi une opéra­tion et a été placé en coma arti­fi­ciel. Les méde­cins ne se prononcent pas encore sur d’éven­tuelles séquelles.(…)

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.