Aller au contenu

Une gauche debout contre le rassem­ble­ment poli­cier

« Regards » le 20 mai

http://www.regards.fr/poli­tique/article/contre-le-rassem­ble­ment-poli­cier-cette-gauche-debout?fbclid=IwAR1t7Zh2V-wjH2DhJSxORU3jq7u_E6ffbdUwGInUEOS4Dz4zGxKTOZj3eK4

Hier, alors qu’on pouvait savou­rer nos premières bières en terrasse, certains se sont inter­ro­gés : mais qu’est donc allée faire une partie de la gauche à la mani­fes­ta­tion à l’ap­pel des très droi­tiers syndi­cats de police ? Ils en veulent à cette gauche qui a défilé hier avec les poli­ciers aux côtés de Gérald Darma­nin, Éric Zemmour ou encore Jordan Bardella – et le font savoir haut et fort, notam­ment sur les réseaux sociaux. Preuve que les insou­mis, Géné­ra­tion.s, Le Parti radi­cal de Gauche et le Nouveau Parti Anti­ca­pi­ta­liste n’étaient pas les seuls à refu­ser d’y être.

Parce que si les médias ont mis en scène, de manière gros­sière, l’iso­le­ment de Jean-Luc Mélen­chon – présenté comme le seul repré­sen­tant d’un mouve­ment poli­tique à ne pas se joindre à la mobi­li­sa­tion des poli­ciers – nombreux sont pour­tant les syndi­cats, les asso­cia­tions, les ONG, les collec­tifs et quelques grandes figures intel­lec­tuelles à s’être alar­més de ce qui se jouait, hier, devant le Palais Bour­bon – et notam­ment par la présence de la gauche. La présence d’Oli­vier Faure (PS), d’Anne Hidalgo (PS), de Fabien Rous­sel (PCF) ou encore de Yannick Jadot (EELV) a fait grin­cer des dents, à gauche bien sûr, mais c’est au sein même des orga­ni­sa­tions que les débats ont été les plus vifs. Loin de l’una­ni­misme fantasmé par une grande partie de la classe poli­tique et des prin­ci­paux médias. 
 
Il a fallu attendre mardi soir pour connaitre la déci­sion offi­cielle d’EELV : ira/ira pas – alors que Jadot avait déjà annoncé sa parti­ci­pa­tion dès le début de la jour­née ? Si l’im­mense majo­rité des écolo­gistes n’a pas souhaité se joindre à la mobi­li­sa­tion – à l’ins­tar de Marine Tonde­lier, de Sandrine Rous­seau ou d’Éric Piolle – le commu­niqué du parti écolo, bien que critique à l’égard de l’ini­tia­tive, ne formu­lait aucune consigne claire. Côté PCF, les mili­tants n’ont que peu goûté la séquence de leur patron : quelques jours après être entré en campagne prési­den­tielle sur le thème de la sécu­rité, sa parti­ci­pa­tion au rassem­ble­ment d’hier – qui n’a fait l’objet d’au­cun débat – a été vive­ment contes­tée et moquée sur les réseaux sociaux.

Pour autant, diffi­cile de trou­ver les images de Fabien Rous­sel à la mani­fes­ta­tion. Malaise. La tribune de la dépu­tée commu­niste, Elsa Faucillon, dans laquelle elle assume que « l’hon­neur de la gauche, c’est de ne pas aller au rassem­ble­ment », paru hier dans Libé a été forte­ment parta­gée. Enfin côté socia­listes : « On y est allé par loyauté au parti qui en avait décidé ainsi », lâche un député. Mais les propos de Faure risquent de lais­ser des traces : « Il faut un droit de regard de la police sur les peines de justice et inven­ter une colla­bo­ra­tion », a-t-il assumé. Et même s’il a fait marche arrière depuis, « c’est une faute poli­tique : l’équi­valent de la déchéance de natio­na­lité pour François Hollande », lâche un cadre du PS. Ambiance. 
 
La colère était aussi palpable du côté du mouve­ment social et des syndi­cats. Le ton est souvent grave. Et contrai­re­ment à ce qui a été martelé, notam­ment à la tribune du rassem­ble­ment hier, tous les syndi­cats de police n’étaient pas soli­daires du mouve­ment. VIGI-Minis­tère de l’In­té­rieur dénonçait dans un commu­niqué de presse « la récu­pé­ra­tion du meurtre de leur collègue Eric Masson ». De son côté, Sud Inté­rieur a commenté l’évé­ne­ment de la jour­née d’hier : « Un meeting syndi­cal (poli­tique ?) pro-sécu­ri­taire où le pouvoir exécu­tif a mis la pres­sion sur les pouvoirs judi­ciaire & légis­la­tif ».

Quid des liber­tés publiques ?

Le Syndi­cat de la Magis­tra­ture n’y va pas par quatre chemins non plus : « s’en­gouf­frer dans l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion des drames récem­ment vécus par deux fonc­tion­naires de police est bien commode pour nos élus et ministres : ils espèrent ainsi faire oublier les renon­ce­ments des gouver­ne­ments qui se sont succé­dés. Le nouvel hori­zon que dessinent nos ministres et élus en parti­ci­pant à cette mani­fes­ta­tion et en s’as­so­ciant aux reven­di­ca­tions poli­cières, est celui d’une société dans laquelle la police devient une puis­sance auto­nome. » Et d’in­ter­ro­ger : « Quel est le nom de ce régime ? » Cinglant.

Du côté du mouve­ment social, la porte-parole d’At­tac, Auré­lie Trouvé s’est dite inquiète des dérives d’une partie de la gauche : « Cette mani­fes­ta­tion s’ap­pa­rente à un coup de force poli­tique. Une manière de faire pres­sion sur la justice et l’As­sem­blée natio­nale pour renché­rir sur le sécu­ri­taire. Dans un contexte assez grave de conta­gion de la société par les idées d’ex­trême droite, il faut garder des digues et ça commence par ne pas aller mani­fes­ter avec Darma­nin, Bardella ou Zemmour. Ce qui est grave dans cette affaire, c’est surtout d’un point de vue de la recons­truc­tion d’une gauche qui soit solide sur ses valeurs sociales et de l’éco­lo­gie mais aussi ses valeurs socié­tales – et notam­ment des ques­tions de liber­tés publiques et de l’éga­lité réelle. »

L’hon­neur de la gauche

Chez les intel­lec­tuels, d’ha­bi­tude si prompts à dégai­ner une tribune, les prises de posi­tion restent timides. Peut-être vien­dront-elles ces jours-ci. Pour le philo­sophe Michaël Fœssel, « quand une mani­fes­ta­tion se tient à moins de 100 mètres de l’As­sem­blée natio­nale, elle devrait au moins susci­ter la prudence. Lorsque ses reven­di­ca­tions, notam­ment quant aux peines auto­ma­tiques, sont anti­cons­ti­tu­tion­nelles, elle devient suspecte. Quand elle reçoit le soutien, à une excep­tion notable près, de l’una­ni­mité des partis poli­tiques, elle annonce l’aban­don de l’Etat de droit par ceux-là mêmes qui sont censés l’in­car­ner. » De son côté, le socio­logue Didier Eribon a salué les mots du commu­niqué de Jean-Luc Mélen­chon : « Merci de sauver l’hon­neur de la gauche mis à mal par l’ef­fon­dre­ment poli­tique et moral du Parti socia­liste, des Verts, du Parti commu­niste. »

Le poli­tiste Bertrand Badie a salué de son côté l’édi­to­rial de Regards qui appe­lait à ne rien céder à l’ex­trême droite et à ne pas aller au rassem­ble­ment. À noter aussi, l’édi­to­rial de Thomas Legrand, mercredi matin. Face à l’una­ni­misme média­tique, la voix du jour­na­liste de France Inter sonnait juste : « La situa­tion traduit, non pas la soli­da­rité du gouver­ne­ment et des oppo­si­tions à l’égard des forces de l’ordre, mais leur incroyable soumis­sion, leur panique face aux exigences de ce que l’on peut appe­ler le pouvoir de la police ». Enfin, l’his­to­rienne Laurence De Cock, bien que « très inquiète pour l’ave­nir de la gauche », ironise : « L’avan­tage d’al­ler mani­fes­ter auprès du Rassem­ble­ment natio­nal et aux côtés de la police, c’est qu’il sera désor­mais diffi­cile de repro­cher à une partie de la gauche d’al­ler mani­fes­ter avec n’im­porte qui. » Prenons-le comme ça…

Pierre Jacque­main et Pablo Pillaud-Vivien

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Une gauche debout contre le rassem­ble­ment poli­cier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.