Aller au contenu

13 octobre. Le début à Poitiers d’une action soute­nue de soli­da­rité avec le peuple grec

Dès midi, malgré la pluie, les cara­va­niers bretons étaient atten­dus place du marché ; la CGT de l’hô­pi­tal Labo­rit et d’autres mili­tants du collec­tif unitaire local* étaient déjà à pied d’œuvre.

A 17 heures, nous sommes allés au Centre de santé des 3 cités, dont la démarche recoupe celle des dispen­saires auto­gé­rés grecs. Trois méde­cins y reçoivent les patients dans des locaux entiè­re­ment refaits et entre­te­nus par l’as­so­cia­tion de gestion de ce centre. Ce centre n’existe que grâce à la déter­mi­na­tion de cette asso­cia­tion de gestion dont Fernande Cormier est la prési­dente. Là aussi, la collecte de médi­ca­ments et de maté­riel médi­cal fut impor­tante.

Dans ces locaux, une confé­rence de presse commune avait été orga­ni­sée. collec­tif local de soutien au peuple grec qui a annoncé son jume­lage avec le dispen­saire auto­géré grec d’Ha­lan­dri (un quar­tier d’Athènes). La conver­gence s’est avérée mani­feste entre les objec­tifs du Collec­tif, la cara­vane, les reven­di­ca­tions expri­mées par les syndi­ca­listes de l’hô­pi­tal et la vie au quoti­dien du centre de santé.

La muni­ci­pa­lité était repré­sen­tée par Régine Laprie ; adjointe au maire.

A 20 heures, salle Lawson Body, le film « la tour­mente grecque II » dans sa version mise à jour fin juillet 2016 fut proje­tée. La salle avait été déco­rée avec une partie de l’ex­po­si­tion des dessins d’en­fants des écoles de l’At­tique. Le débat qui a suivi la projec­tion a porté à la fois sur la situa­tion en Grèce, lecture fut faite du message du dispen­saire de Halan­dri, comme sur les ques­tions posées par la signa­ture par Tsipras en juillet 2015 du troi­sième memo­ran­dum au lende­main du Non au réfé­ren­dum. Nous avons précisé l’im­pli­ca­tion des dispen­saires dans la lutte contre l’aus­té­rité, comme les reven­di­ca­tions de la CGT de l’hô­pi­tal Labo­rit et du CHU de Poitiers et les simi­la­ri­tés des méthodes austé­ri­taires en France et en Grèce.

Parmi le maté­riel collecté, à noter un élec­tro­car­dio­graphe, un audio­mètre et un don de médi­ca­ments et de maté­riels par le CHU de Poitiers et par le Centre hospi­ta­lier Henri Labo­rit. Nous avons eu la joie de rece­voir la visite d’un phar­ma­cien du CHU.

 Nous nous retrou­vons devant des respon­sa­bi­li­tés nouvelles. Trier et envoyer par la poste les médi­ca­ments reçus, entre­po­ser divers maté­riels reçus et prévoir leur envoi par voie terrestre ou mari­time, conti­nuer les liens avec le CHU et le CH Labo­rit. C’est très encou­ra­geant!

PB et PF

*Collec­tif 86 pour un audit citoyen de la dette publique,  EE-LV, Ensemble ! MJCF, NPA, PCF ,PG, FSU, CGT Labo­rit, USP.

Soli­dai­res86 et ATTAC86 excu­sés.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.