Aller au contenu

Appel de DNSI. « Il est urgent de réagir! » face à Collomb et Macron. Réunion le 10 janvier

Les dernières décla­ra­tions de Macron et de Collomb confirment que le seul discours, la seule « poli­tique », en matière migra­toire est le rejet des migrants et la pour­suite pénale des personnes et des asso­cia­tions qui défendent les migrants. Le discours cynique qui prétend lutter contre le chômage en simpli­fiant les procé­dures de licen­cie­ment est repris pour les migrants, pour pouvoir mieux accueillir, il faut expul­ser plus. Haro sur les faux chômeurs et sur les faux réfu­giés !

Il est urgent de réagir!   

Réunion du collec­tif mercredi 10 janvier 18/20h à la Maison de la Soli­da­rité.
 Réunion ouverte à tous ceux et celles qui se sentent concerné.e.s
Pour déci­der ensemble des actions à mener et des posi­tions à prendre, après un point de situa­tion.
A quoi se résume la « poli­tique » migra­toire de Macron et son gouver­ne­ment ?
  •            à faire le tri entre les « vrais » réfu­giés et les « faux » qui ne seraient que des migrants écono­miques, appâ­tés par les systèmes de protec­tion sociale de nos pays et l’opu­lence de nos niveaux de vie. Or la réalité est diffé­rente : partout dans le monde les migrants fuient à la fois les persé­cu­tions et la misère, les régimes poli­tiques corrom­pus ET la misère écono­mique qui en découle. Il n’y a pas des vrais et des faux réfu­giés, il y a des migrants. ON NE MIGRE PAS PAR PLAISIR.
  •           à limi­ter par tous les moyens la possi­bi­lité pour les migrants d’ac­cé­der au droit de deman­der l’asile. Le meilleur exemple est l’ac­cord de Dublin entre les pays de l’UE. Cet accord oblige le migrant à deman­der l’asile dans le premier pays de l’UE où il est passé. Il suffit de regar­der une carte des migra­tions pour comprendre pourquoi, par exemple, les pays du sud de l’UE comme l’Es­pagne, l’Ita­lie ou la Grèce sont ceux qui reçoivent le plus de migrants. C’est ce qui explique pourquoi, depuis cet accord, la France par exemple, en 2016 a consi­déré que plus de 25000 deman­deurs d’asile étaient passés par un autre pays de l’UE et qu’elle n’avait pas à enre­gis­trer leur demande. Ainsi la France enclenche des procé­dures de trans­fert dans l’Etat respon­sable. Et chaque pays de l’UE fait pareil. C’est ce qui explique ce qui se passe à Calais ou aux fron­tières avec l’Ita­lie ou l’Es­pagne. Tous les moyens sont bons pour se débar­ras­ser du migrant.
  •           à être de plus en plus sélec­tif sur le statut de réfu­gié. Quand on regarde les chiffres offi­ciels donnés pat l’OFPRA et la CNDA, on voit bien que si le nombre de demandes d’asile a doublé entre 2008 et 2016 (passant de 41 000 à plus de 85 00) le taux d’ac­cep­ta­tion au statut de réfu­gié est resté stable autour de 30%. Ce qui signi­fie que 70% des deman­deurs d’asile sont débou­tés.

Ceci explique les milliers de sans-papiers, familles, céli­ba­taires femmes et hommes, mineurs isolés, qui vivent dans nos villes, sans droits, victimes d’un système qui nie la réalité actuelle des migra­tions. En France comme partout en Europe la seule poli­tique qui est menée est une poli­tique répres­sive. Depuis 10 ans toutes les modi­fi­ca­tions concer­nant le droit des migrants (c’est-à-dire le Code d’en­trée et du séjour des étran­gers et du droit d’asile CESEDA) vont dans le sens d’un durcis­se­ment des condi­tions d’ac­cueil  et pour­suivent le même but.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.