Aller au contenu

Commu­niqué d’En­semble! daté du 20 novembre: « Après le 17 novembre »

Après le 17 novembre

 

Ce samedi 17 novembre, 300 000 personnes, en réali­sant plus de 2000 blocages, ont crié leur déses­poir de cette austé­rité sans cesse accrue, leur refus de l’injus­tice fiscale, leur volonté de voir augmen­ter leur pouvoir d’achat. Et parfois leur inquié­tude (contra­dic­toire avec le rejet de tout impôt, parfois présent dans les blocages) devant la destruc­tion des services publics de proxi­mité. Mais aussi un rejet massif de Macron, de sa poli­tique et de son mépris de classe. Et bien sûr des respon­sables de l’ex­trême droite, de la droite dure, eux, étaient bien présents sur le terrain et dans les médias, qui n’ont pas signalé la présence de repré­sen­tants de la gauche.

Mais quelles que soient les ambigüi­tés du mouve­ment des gilets jaunes, il est néces­saire que le mouve­ment ouvrier, la gauche, prennent en compte aujourd’­hui ce déses­poir social qui s’est exprimé ce 17 novembre (et parfois aussi le 18). D’au­tant que le gouver­ne­ment y répond par le mépris, Macron ne disant rien et Edouard Philippe affir­mant qu’il va « garder le cap », c’est-à-dire pour­suivre sa poli­tique anti-sociale. Si le mouve­ment social ne prend pas la mesure de ce qui est en train de se passer, les consé­quences poli­tiques risquent d’être catas­tro­phiques.

ENSEMBLE consi­dère qu’il est urgent de mettre en place les éléments d’une mobi­li­sa­tion contre la poli­tique sociale du pouvoir, à partir des axes suivants :

La justice fiscale, avec comme premières mesures le réta­blis­se­ment de l’ISF, la baisse de la TVA sur les produits de première néces­sité, l’an­nu­la­tion des hausses de la CSG.

La hausse des salaires.

La défense de l’en­vi­ron­ne­ment par une poli­tique écolo­gique qui s’at­taque aux prin­ci­paux respon­sables de la dégra­da­tion envi­ron­ne­men­tale et non aux popu­la­tions en diffi­culté.

– L’ar­rêt de ferme­tures de lignes ferro­viaires et le déve­lop­pe­ment de trans­ports publics de qualité, notam­ment dans les zones rurales et dans les banlieues.

Pour cela, il nous semble néces­saire de parti­ci­per aux mani­fes­ta­tions du mouve­ment en cours de manière indé­pen­dante et à partir des axes précé­dents. Par ailleurs, il est de la respon­sa­bi­lité du mouve­ment syndi­cal, des asso­cia­tions écolo­gistes, des forces de gauche et écolo­gistes de propo­ser des initia­tives d’ac­tion très rapi­de­ment afin de donner à la colère popu­laire des pers­pec­tives éman­ci­pa­trices, sociales et écolo­giques.

Une réflexion au sujet de « Commu­niqué d’En­semble! daté du 20 novembre: « Après le 17 novembre » »

  1. GUITTON D dit :

    Entièrement d’accord avec les mesures énoncées mais il est indispensable d’y ajouter la mise en place d’une vraie taxation sur les successions ,la répartition des richesses dues à l’héritage étant encore plus inégalitaire que celles provenant des revenus du travail.(les nouveaux héritiers de Nicolas Frémeaux)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.