Aller au contenu

Commu­niqué des 10 INCULPÉ-E-S après l’oc­cu­pa­tion des voies à Poitiers le 19 MAI 2016

 

Pour avoir parti­cipé avec des centaines d’autres personnes, dans le cadre de la mobi­li­sa­tion contre la loi travail, à une action en soutien aux chemi­nots alors en grève, nous avons été assi­gnés devant le tribu­nal correc­tion­nel le 17 novembre dernier. Le verdict est tombé le 21 décembre : la relaxe que nous récla­mions n’a pas été obte­nue et nous sommes décla­rés coupables, ce qui consti­tue autant d’at­taques, contre le droit de mani­fes­ter et contre le mouve­ment social, que nous dénonçons et auxquelles nous ne céde­rons pas. Cepen­dant, si les peines pronon­cées ont été infé­rieures (100 euros, avec ou sans sursis) à celles que nous encou­rions théo­rique­ment et à celles que le procu­reur récla­mait (1 000 ou 1 500 euros), c’est bien grâce à la soli­da­rité qui nous a été mani­fes­tée ces derniers mois, et nous en remer­cions notre comité de soutien à Poitiers ainsi que toutes les personnes qui se sont mobi­li­sées plus large­ment pour nous en France. Les multiples actions collec­tives réali­sées afin de dénon­cer le ciblage poli­tique dont nous étions l’objet ont créé un rapport de force qui a pesé en notre faveur. C’est la grande leçon que nous devons tirer de cet épisode : il ne faut pas recu­ler, mais reven­diquer collec­ti­ve­ment et toujours être soli­daires face au patro­nat et à son Etat.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.