Aller au contenu

Il souffle un vent mauvais sur La France.

Commu­niqué :

Il souffle un vent mauvais sur La France. L’idéo­lo­gie de l’ex­trême-droite, son voca­bu­laire, ses attaques discri­mi­na­toires et racistes, son obses­sion iden­ti­taire sont toujours plus relayées par le gouver­ne­ment et la droite. Le cours  suivi par le gouver­ne­ment établit un climat dange­reux, dans lequel certains groupes d’ex­trême-droite se pensent auto­ri­sés à agir en toute impu­nité  Cela se fait au moyen de lois liber­ti­cides et discri­mi­na­toires  qui orga­nisent une société de surveillance géné­ra­li­sée, de priva­tion de liberté d’in­for­mer, de restric­tions des liber­tés asso­cia­tives.

A ces lois s’ajoutent des campagnes odieuses. C’est le cas de la chasse aux sorcières déclen­chée par la ministre Frédé­rique Vidal dans univer­si­tés au nom d’un soit-disant islamo-gauchisme. 

C’est pour réagir à ces attaques, qu’en mars, nous avions lancé un premier appel. Depuis, la situa­tion n’a pas cessé de s’ag­gra­ver.

Le syndi­cat UNEF a notam­ment été attaqué par plusieurs ministres au prétexte de groupes de paroles internes. La droite a réclamé sa disso­lu­tion sans que le gouver­ne­ment n’y trouve vrai­ment à redire. Comme on pouvait s’y attendre, la majo­rité de droite du Sénat s’est engouf­frée dans la brèche ouverte en durcis­sant encore les lois « sécu­rité globale » et « sépa­ra­tisme ».

Dans ce climat, des grou­pus­cules violents d’ex­trême-droite trans­forment ces paroles en actes :  des iden­ti­taires néo-nazis ont attaqué la librai­rie « la plume noire «  à Lyon ; des mili­tants d’Ac­tion Française ont péné­tré dans l’hé­mi­cycle du Conseil régio­nal d’Oc­ci­tane pour s’en prendre à des élus de gauche avec une bande­role « islamo-gauchistes, traîtres à la France ». Dans ce contexte, aucune orga­ni­sa­tion ne peut se croire à l’abri.

C’est la raison pour laquelle nous avions lancé un nouvel appel ce soir à toutes les orga­ni­sa­tions de gauche et écolo­giques afin de réagir et agir dans l’unité. Malgré les invi­ta­tions, EELV, le PCF et le PS n’ont pas voulu parti­ci­per à ces échanges unitaires. Cette absence n’est pas à la hauteur de la situa­tion. Pour autant, notre objec­tif reste plus que jamais d’ai­der à la construc­tion d’un front des liber­tés le plus large possible, pour la levée de toutes les mesures liber­ti­cides prises par le gouver­ne­ment . Nous appe­lons à toutes les initia­tives propo­sées sur ce terrain par les asso­cia­tions et syndi­cats dont le rassem­ble­ment ce jeudi de 12 à 14h devant le Sénat et les préfec­tures. En conclu­sion, nous avons décidé de propo­ser de rencon­trer ces asso­cia­tions, syndi­cats, collec­tifs dans le but d’une réunion large avant le mois de mai et en vue d’un prin­temps des liber­tés qui est toujours plus néces­saire.

ENSEMBLE!, GDS, Géné­ra­tion.s, LFI, NPA,PEPS,  POiD,  UCL

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.