Aller au contenu

Inter­mit­tent.es : grèves mais pas blocages

Commu­niqué de la CGT Spec­tacle du 04/07/14

« LA CGT SPECTACLE APPELLE À DES GRÈVES VOTÉES PAR  LES ARTISTES ET LES TECHNICIENS,

MAIS PAS AUX BLOCAGES NI À L’ANNULATION DES FESTIVALS !

Hier soir des inter­mit­tents en lutte ont investi la Cour d’Hon­neur où se dérou­lait une géné­rale du Prince de Hombourg. Au-delà du boule­ver­se­ment de chaque artiste inter­prète, engagé corps et âme dans la créa­tion et l’in­ter­pré­ta­tion, de tous les membres des équipes tech­niques et artis­tiques concer­nées par une « géné­rale », auxquels nous appor­tons toute notre sympa­thie et notre soutien, c’est la ques­tion du blocage qui est en cause. Nous avons déposé des préavis de grèves couvrant tout le mois de juillet. Et, nous appe­lons les équipes tech­niques et artis­tiques enga­gées dans les spec­tacles à voter la grève.

Nous appe­lons à multi­plier ces grèves le 4 juillet sur tout le terri­toire, à l’oc­ca­sion de l’ou­ver­ture  d’Avi­gnon In, comme nous appe­lons à un autre temps fort natio­nal le 12 juillet, en propo­sant, en parti­cu­lier une grève totale du In et du Off en Avignon, quel seuls les artistes et les tech­ni­ciens du « In » et du « Off » sont à même de voter.

Par contre nous sommes oppo­sés aux blocages. En effet, la légi­ti­mité d’un mouve­ment unitaire c’est son unité. C’est à ce  prix que nous déve­lop­pe­rons le rapport de force néces­saire afin de  faire plier le gouver­ne­ment et les signa­taires. Nous reven­diquons l’abro­ga­tion de l’agré­ment et l’ou­ver­ture de vraies négo­cia­tions sur l’as­su­rance chômage et ses annexes en prenant en compte nos propo­si­tions qui doivent être enfin chif­frées et négo­ciées. Les blocages sont une façon de forcer la main aux artistes inter­prètes et tech­ni­ciens au moment de se pronon­cer sur la grève. Ils sont porteurs d’une divi­sion profonde de nos profes­sions, en contra­dic­tion avec  l’unité de toutes et de tous que nous mettons en œuvre au quoti­dien. Au surplus, nous ne sommes pas parti­sans de la poli­tique de la « terre brulée ».

C’est pourquoi, nous n’ap­pe­lons pas à l’an­nu­la­tion des festi­vals, des spec­tacles et des tour­nages mais à des grèves légi­ti­mées par un vote majo­ri­taire. A ce propos, les annu­la­tions de festi­val par des direc­tions ou par des maires (comme au festi­val de cirque du Mans) doivent être consi­dé­rées comme des lock out et des entraves au droit de grève. Nous soute­nons les artistes et les tech­ni­ciens qui décident de la grève malgré la pres­sion de plus en plus forte des direc­tions, déter­mi­nées à empê­cher ce droit légi­time. Ce sont là les condi­tions néces­saires à l’am­pli­fi­ca­tion de notre mouve­ment qui doit se déve­lop­per sur la durée.

Si nous nous prononçons ferme­ment et clai­re­ment contre les blocages, nous mettons en garde le gouver­ne­ment, en parti­cu­lier M. Valls et F. Rebsa­men ainsi que A. Filip­petti sur le carac­tère désin­volte de leurs décla­ra­tions publiques. Faire croire que nous avons obtenu satis­fac­tion alors que la conven­tion a été  agréée et est entrée en appli­ca­tion depuis le premier juillet, va produire ses effets dévas­ta­teurs pour tous les chômeurs, inté­ri­maires, inter­mit­tents et précaires.

Il n’y a toujours pas de négo­cia­tions en vue. Le gouver­ne­ment aurait tort de penser que la concer­ta­tion ouverte est une réponse suffi­sante aux reven­di­ca­tions du mouve­ment unitaire. Les décla­ra­tions intem­pes­tives comme quoi il n’y a plus lieu de voter les grèves car nous aurions été entendu sont vécues à juste titre comme du mépris voir de la provo­ca­tion. Elles risquent de susci­ter des réponses inap­pro­priées mais radi­cales et déter­mi­nées. Nous le compre­nons, mais ne les parta­geons pas.

C’est pourquoi, nous appe­lons à pour­suivre la lutte et  à ampli­fier la mobi­li­sa­tion dans l’unité de nos profes­sions avec des mani­fes­ta­tions, des actions ainsi que  le vote de grèves et non pas par des blocages ou des annu­la­tions. La lutte conti­nue ! »

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.