Aller au contenu

« Justice et vérité sur le racisme et les violences poli­cières »

Ligue des droits de l’homme, 1er juillet, Libé­ra­tion.

Seule la créa­tion d’une commis­sion indé­pen­dante placée sous l’au­to­rité de la Commis­sion natio­nale consul­ta­tive des droits de l’homme permet­tra de lutter contre les discri­mi­na­tions raciales et la violence qui les accom­pagne.

Tribune. Le monde entier défile, avec ou sans auto­ri­sa­tion, pour condam­ner l’as­sas­si­nat de George Floyd, hono­rer sa mémoire, et décla­rer qu’en­fin les personnes noires, victimes à diffé­rents degrés de racisme systé­mique et insti­tu­tion­nel, doivent pouvoir « respi­rer », c’est-à-dire vivre comme tout être humain, libre et égal aux autres, en a le droit impres­crip­tible.

Ce que demandent parti­cu­liè­re­ment ces mani­fes­tants, c’est que ne soient plus ni tolé­rées, ni proté­gées, ni a fortiori encou­ra­gées par les pouvoirs publics et leurs repré­sen­tants du haut en bas de la « chaîne de comman­de­ment » les violences, les humi­lia­tions quoti­diennes fondées sur l’ap­pa­rence, les origines ou le domi­cile, ainsi que les bruta­li­tés pouvant aller jusqu’à la mort.

En France, malgré l’évi­dence d’un passé colo­nial qui pèse encore sur les rapports sociaux, malgré les mani­fes­ta­tions innom­brables de la combi­nai­son des inéga­li­tés sociales, terri­to­riales et raciales, malgré les cris de douleur et de colère de celles et ceux qui en sont les victimes, relayés par les asso­cia­tions et authen­ti­fiés par le Défen­seur des droits lui-même, la déné­ga­tion est offi­cia­li­sée.

Au lende­main d’une mobi­li­sa­tion sans précé­dent sur ces sujets, le ministre de l’In­té­rieur se bornait à décla­rer que les poli­ciers sous ses ordres « protègent tous les Français, y compris contre le racisme ». Cette provo­ca­tion valant promesse d’im­pu­nité pour ceux des poli­ciers et des gendarmes qui confondent une iden­tité avec un faciès a fait long feu. Face à la mobi­li­sa­tion gran­dis­sante, le ministre et le gouver­ne­ment promettent aujourd’­hui de renon­cer à telle tech­nique, telle procé­dure, de faire respec­ter la loi par les forces de l’ordre et exhibent à point nommé rapports et enquê­tes… S’il est non négli­geable, ce chan­ge­ment de ton ne saurait être suffi­sant.

Crever l’ab­cès en parlant vrai

Alors que s’at­té­nue peu à peu une crise sani­taire au cours de laquelle l’am­pleur des discri­mi­na­tions sociales et terri­to­riales s’est trou­vée expo­sée en pleine lumière, et dont on découvre qu’elle a aussi recou­vert de nombreuses « bavures » dans l’ap­pli­ca­tion des poli­tiques sécu­ri­taires, il est urgent de crever l’ab­cès en parlant vrai.

Parler vrai, c’est rappe­ler aux pouvoirs publics qu’ils doivent respec­ter et faire respec­ter les droits fonda­men­taux en mani­fes­tant le courage de la sanc­tion. Parler vrai, c’est recon­naître le rôle des insti­tu­tions et des poli­tiques dans le déve­lop­pe­ment du racisme et des discri­mi­na­tions. Parler vrai, c’est nommer les coupables de violence et de racisme ainsi que leurs respon­sables et exiger qu’ils soient sanc­tion­nés. Parler vrai, c’est répondre à celles et ceux qui se mobi­lisent pour le respect de leurs droits fonda­men­taux, la justice sociale, la justice tout court.

La société civile, les asso­cia­tions de défense des droits, les comi­tés consti­tués autour d’af­faires de violences poli­cières avancent de longue date des propo­si­tions en ce sens. Certaines sont reprises par la Commis­sion natio­nale consul­ta­tive des droits de l’Homme (CNCDH), ainsi que par le Défen­seur des droits. Elles consti­tuent une base pour enga­ger une réforme profonde de la police, de ses missions, de ses méthodes, de son contrôle.

Nous, citoyennes et citoyens de toutes opinions, de toutes origines, de toutes confes­sions, de tous âges, genres et profes­sions, récla­mons la créa­tion d’une commis­sion indé­pen­dante, placée sous l’au­to­rité de la CNCDH, qui reçoive les doléances des victimes, écoute toutes les personnes et orga­ni­sa­tions concer­nées et fasse des propo­si­tions qui permettent de renouer le lien entre les forces de l’ordre et la popu­la­tion et de combattre les violences et le racisme. Le président de la Répu­blique a récem­ment réitéré le vœu de faire prendre à la nation éprou­vée par la crise sani­taire un nouveau départ. Ce renou­veau ne se fera pas sans qu’on apure de notre présent les discri­mi­na­tions raciales et la violence qui les accom­pagne. Il ne se fera pas sans tous les citoyens. Il a besoin de vérité et de justice.

Parmi les signa­taires : 

Estel­lia Araez, prési­dente du Syndi­cat des avocats de France (SAF), Etienne Bali­bar, philo­sophe, Mamou­dou Bassoum, cham­pion d’Eu­rope de taek­wondo, Gilet jaune, Patrick Chamoi­seau, écri­vain, Monique Chemil­lier-Gendreau, profes­seur émérite à l’uni­ver­sité Paris Dide­rot, Annick Coupé, mili­tante alter­mon­dia­liste, Laurence De Cock, histo­rienne et essayiste, Didier Fassin, anthro­po­logue et méde­cin, Eric Fassin, socio­logue, Joël Roman, président de la Ligue de l’en­sei­gne­ment, Cédric Herrou, Commu­nauté paysanne, Emmaüs Roya, Gene­viève Legay, mili­tante alter­mon­dia­liste, Malik Salem­kour, président de la LDH, Laurent Thines, neuro­chi­rur­gien, Auré­lie Trouvé, ensei­gnante cher­cheuse,

Comité Adama Traoré,

Et plusieurs orga­ni­sa­tions :(..)Confé­dé­ra­tion géné­rale du travail (CGT), Conseil repré­sen­ta­tif des insti­tu­tions noires de France (Cran), Emmaüs France, Fédé­ra­tion syndi­cale unitaire (FSU), Fonda­tion Coper­nic, Groupe d’in­for­ma­tion et de soutien des immi­grés (Gisti), Jeunesse ouvrière chré­tienne (Joc), La Cimade, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Ligue de l’en­sei­gne­ment, Mémo­rial 98, Mouve­ment contre le racisme et pour l’ami­tié entre les peuples (Mrap), Mouve­ment rural de jeunesse chré­tienne (MRJC), Union natio­nale des étudiants de France (Unef), Union syndi­cale Soli­daires, Soli­da­rité laïque, Syndi­cat des avocats de France (Saf), Syndi­cat natio­nal des person­nels de l’édu­ca­tion et du social – Protec­tion judi­ciaire de la jeunesse (SNPES-PJJ/FSU). Pour soute­nir la péti­tion.La ligue des droits de l’homme (LDH) parta­ger twee­ter

Après cet article

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.