Aller au contenu

Le chant des parti­sans juifs du Ghetto de Vilnius

Voici un chant d’hom­mage à l’in­sur­rec­tion de Varso­vie, aussi dési­gné comme « le chant des parti­sans juifs du ghet­tho de Vilnius », chanté par Cartouche:

On peut l’en­tendre à la fin du film « Nous venge­rons nos pères » réalisé par Florence Johsua et Bernard Boesp­flug

———————

Hommage aux insur­gé·es du ghetto de Varso­vie

Le 19 avril 1943 consti­tue la date de début de l’in­sur­rec­tion du soulè­ve­ment du ghetto de Varso­vie. C’est à la fois un moment impor­tant de la Shoah et un symbole de la lutte contre le nazisme. C’est une mémoire qui doit être portée par les forces du mouve­ment social, parti­cu­liè­re­ment en ces temps de montée des droites extrêmes, des idées fasci­santes, de l’an­ti­sé­mi­tisme et de tous les racismes. C’est pourquoi le Réseau de lutte contre l’An­ti­sé­mi­tisme et tous les Racismes (RAAR) orga­nise un hommage aux insur­gée.s du ghetto le dimanche 18 avril à 14h, lors d’un rassem­ble­ment sur la Place de l’Hô­tel de Ville à Paris, dont le texte d’ap­pel figure ci-dessous.
Le dérou­le­ment de cet hommage compren­dra des prises de parole, des lectures de textes en rapport avec l’in­sur­rec­tion et la Shoah, ainsi que des moments musi­caux. La mémoire des géno­cides du 20e siècle, Herero et Nama, Armé­niens, Tutsi du Rwanda, popu­la­tion musul­mane de Srebre­nica sera rappe­lée.

(…)

——-

Lorsque les nazis entrent dans le ghetto de Varso­vie le 19 Avril 1943, ils ne s’at­tendent pas à trou­ver 750 combat­tant.e.s juifs et juives armé·es derrière des barri­cades, prêt·s à les combattre.
Enfer­mé·e depuis novembre 1940, la popu­la­tion du ghetto a déjà chuté de 450 000 à 70 000 personnes en moins de trois ans, en raison des dépor­ta­tions quoti­diennes vers le camp de mise à mort de Treblinka, débu­tées le juillet 1942. La date de l’at­taque choi­sie par les nazis corres­pon­dait cynique­ment au premier jour de Pessah (Pâques juive), célé­bra­tion de la liberté par le souve­nir de la sortie d’Égypte du peuple hébreu. Les insur­gé·es n’eurent pas de doute sur ce qui les atten­dait, comme le montre l’écrit d’un combat­tant du ghetto : « Nous ne voulons pas sauver notre vie. Personne ne sortira vivant d’ici. Nous voulons sauver la dignité humaine ».

L’or­ga­ni­sa­tion juive de combat (OJC/ en polo­nais ZOB) – initiée par les mouve­ments de jeunesse présents dans le ghetto dont les figures les plus connues étaient Morde­chai Anie­le­wicz, Mira Fuchrer et Marek Edel­man – plani­fie et orga­nise l’in­sur­rec­tion du ghetto. Ce combat inclut égale­ment l’ins­tal­la­tion de caches et d’abris, la fabri­ca­tion des armes, des barri­cades, le stock des provi­sions et la cuisine, le soin des bles­sé·es et la commu­ni­ca­tion. C’est tout le ghetto de Varso­vie qui s’est soulevé et a soutenu les 750 combat­tant·es.

Malgré les condi­tions drama­tiques de leur lutte, les milliers de personnes accu­lées se sont dres­sées et orga­ni­sées contre les nazis. Ces femmes et ces hommes se sont aussi battu·e·s pour que leur mémoire nous parvienne et nous inspire. Leur rendre hommage est égale­ment un appel aux combats d’aujourd’­hui face à la montée des droites extrêmes et des idées fasci­santes, et plus parti­cu­liè­re­ment de l’an­ti­sé­mi­tisme.

Comme l’écri­vait Morde­haï Anile­wicz dans son dernier message du 23 avril 1943 : « Grâce à notre radio, nous avons entendu une merveilleuse émis­sion rela­tant notre lutte. Le fait que l’on parle de nous hors du ghetto nous donne du courage. »

A toutes et tous les insur­gé·es du ghetto, nous rendrons hommage le 18 Avril 2021 à 14h.

A l’ap­pel du Réseau d’Ac­tions contre l’An­ti­sé­mi­tisme et tous les Racismes (RAAR)

Avec les soutiens de:

Acker­man Émile (rabbin), Cixous Hélène (écri­vaine), Coquio Cathe­rine (profes­seure de litté­ra­ture compa­rée), de Cock Laurence (histo­rienne), Fassin Éric (socio­logue), Gay Aman­dine (réali­sa­trice), Joly Laurent (histo­rien), Kandi Tiziri (anima­trice GHT/HPE), Loch­mann Arthur (juriste et auteur), Loewy Michael (philo­sophe), Mélu­sine (mili­tante fémi­niste et anti­ra­ciste)

Assem­blée Citoyenne des Origi­naires de Turquie, Ayeka, Collages Judéi­tés Queer, Collec­tif Cases Rebelles, Collec­tif Nta Rajel, Collec­tif Golema, Ibuka France, Juives et Juifs Révo­lu­tion­naires, Juifs-ves VNR, Mémo­rial 98, Union Juive pour la Résis­tance et l’En­traide, Une Autre Voix Juive

Collec­tif Fémi­niste Révo­lu­tion­naire, Fonda­tion Coper­nic, Les Amis de la Révo­lu­tion Prolé­ta­rienne (revue), Les Éditions syndi­ca­listes, Paris Queer Antifa, PEEPS, Sémi­naire liber­taire ETAPE

FSU, Soli­daires, UNEF

Ensemble,  GDS, Géné­ra­tion.s, NPA, Union Commu­niste Liber­taire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.