Aller au contenu

Le chant des parti­sans juifs du Ghetto de Vilnius

Voici un chant d’hom­mage à l’in­sur­rec­tion de Varso­vie, aussi dési­gné comme « le chant des parti­sans juifs du ghet­tho de Vilnius », chanté par Cartouche:

On peut l’en­tendre à la fin du film « Nous venge­rons nos pères » réalisé par Florence Johsua et Bernard Boesp­flug

———————

Hommage aux insur­gé·es du ghetto de Varso­vie

Le 19 avril 1943 consti­tue la date de début de l’in­sur­rec­tion du soulè­ve­ment du ghetto de Varso­vie. C’est à la fois un moment impor­tant de la Shoah et un symbole de la lutte contre le nazisme. C’est une mémoire qui doit être portée par les forces du mouve­ment social, parti­cu­liè­re­ment en ces temps de montée des droites extrêmes, des idées fasci­santes, de l’an­ti­sé­mi­tisme et de tous les racismes. C’est pourquoi le Réseau de lutte contre l’An­ti­sé­mi­tisme et tous les Racismes (RAAR) orga­nise un hommage aux insur­gée.s du ghetto le dimanche 18 avril à 14h, lors d’un rassem­ble­ment sur la Place de l’Hô­tel de Ville à Paris, dont le texte d’ap­pel figure ci-dessous.
Le dérou­le­ment de cet hommage compren­dra des prises de parole, des lectures de textes en rapport avec l’in­sur­rec­tion et la Shoah, ainsi que des moments musi­caux. La mémoire des géno­cides du 20e siècle, Herero et Nama, Armé­niens, Tutsi du Rwanda, popu­la­tion musul­mane de Srebre­nica sera rappe­lée.

(…)

——-

Lorsque les nazis entrent dans le ghetto de Varso­vie le 19 Avril 1943, ils ne s’at­tendent pas à trou­ver 750 combat­tant.e.s juifs et juives armé·es derrière des barri­cades, prêt·s à les combattre.
Enfer­mé·e depuis novembre 1940, la popu­la­tion du ghetto a déjà chuté de 450 000 à 70 000 personnes en moins de trois ans, en raison des dépor­ta­tions quoti­diennes vers le camp de mise à mort de Treblinka, débu­tées le juillet 1942. La date de l’at­taque choi­sie par les nazis corres­pon­dait cynique­ment au premier jour de Pessah (Pâques juive), célé­bra­tion de la liberté par le souve­nir de la sortie d’Égypte du peuple hébreu. Les insur­gé·es n’eurent pas de doute sur ce qui les atten­dait, comme le montre l’écrit d’un combat­tant du ghetto : « Nous ne voulons pas sauver notre vie. Personne ne sortira vivant d’ici. Nous voulons sauver la dignité humaine ».

L’or­ga­ni­sa­tion juive de combat (OJC/ en polo­nais ZOB) – initiée par les mouve­ments de jeunesse présents dans le ghetto dont les figures les plus connues étaient Morde­chai Anie­le­wicz, Mira Fuchrer et Marek Edel­man – plani­fie et orga­nise l’in­sur­rec­tion du ghetto. Ce combat inclut égale­ment l’ins­tal­la­tion de caches et d’abris, la fabri­ca­tion des armes, des barri­cades, le stock des provi­sions et la cuisine, le soin des bles­sé·es et la commu­ni­ca­tion. C’est tout le ghetto de Varso­vie qui s’est soulevé et a soutenu les 750 combat­tant·es.

Malgré les condi­tions drama­tiques de leur lutte, les milliers de personnes accu­lées se sont dres­sées et orga­ni­sées contre les nazis. Ces femmes et ces hommes se sont aussi battu·e·s pour que leur mémoire nous parvienne et nous inspire. Leur rendre hommage est égale­ment un appel aux combats d’aujourd’­hui face à la montée des droites extrêmes et des idées fasci­santes, et plus parti­cu­liè­re­ment de l’an­ti­sé­mi­tisme.

Comme l’écri­vait Morde­haï Anile­wicz dans son dernier message du 23 avril 1943 : « Grâce à notre radio, nous avons entendu une merveilleuse émis­sion rela­tant notre lutte. Le fait que l’on parle de nous hors du ghetto nous donne du courage. »

A toutes et tous les insur­gé·es du ghetto, nous rendrons hommage le 18 Avril 2021 à 14h.

A l’ap­pel du Réseau d’Ac­tions contre l’An­ti­sé­mi­tisme et tous les Racismes (RAAR)

Avec les soutiens de:

Acker­man Émile (rabbin), Cixous Hélène (écri­vaine), Coquio Cathe­rine (profes­seure de litté­ra­ture compa­rée), de Cock Laurence (histo­rienne), Fassin Éric (socio­logue), Gay Aman­dine (réali­sa­trice), Joly Laurent (histo­rien), Kandi Tiziri (anima­trice GHT/HPE), Loch­mann Arthur (juriste et auteur), Loewy Michael (philo­sophe), Mélu­sine (mili­tante fémi­niste et anti­ra­ciste)

Assem­blée Citoyenne des Origi­naires de Turquie, Ayeka, Collages Judéi­tés Queer, Collec­tif Cases Rebelles, Collec­tif Nta Rajel, Collec­tif Golema, Ibuka France, Juives et Juifs Révo­lu­tion­naires, Juifs-ves VNR, Mémo­rial 98, Union Juive pour la Résis­tance et l’En­traide, Une Autre Voix Juive

Collec­tif Fémi­niste Révo­lu­tion­naire, Fonda­tion Coper­nic, Les Amis de la Révo­lu­tion Prolé­ta­rienne (revue), Les Éditions syndi­ca­listes, Paris Queer Antifa, PEEPS, Sémi­naire liber­taire ETAPE

FSU, Soli­daires, UNEF

Ensemble,  GDS, Géné­ra­tion.s, NPA, Union Commu­niste Liber­taire

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.