Aller au contenu

l’Obs: « Avec Marine Le Pen au pouvoir, des centaines de milliers d’étran­gers et de bina­tio­naux seraient inter­dits d’em­ploi »

https://www.nouve­lobs.com/elec­tion-presi­den­tielle-2022/20220415.OBS57184/avec-marine-le-pen-au-pouvoir-des-centaines-de-milliers-d-etran­gers-et-de-bina­tio­naux-seraient-inter­dits-d-emploi.html

La loi sur l’im­mi­gra­tion propo­sée par la candi­date est bien plus radi­cale qu’elle ne le laisse entendre. Son projet, qui rompt avec le prin­cipe d’éga­lité, viole les conven­tions euro­péennes, les prin­cipes élémen­taires de notre justice et la Décla­ra­tion univer­selle des Droits de l’Homme de 1789. Décryp­tage. Par Matthieu Aron · Publié le

l faut lire, et relire, le projet de loi réfé­ren­daire de Marine Le Pen. Jusqu’au bout et dans tous ses détails. Il est en accès libre sur le web. Bien visible donc. Pour­tant, certaines de ses énor­mi­tés semblent être passées sous les radars. Ce texte inti­tulé « Citoyen­neté, iden­tité, immi­gra­tion » consti­tue la clef de voûte de tout le programme prési­den­tiel de la candi­date quali­fiée pour le deuxième tour. Et surtout son « vrai » projet, loin du discours édul­coré qu’elle tient, tout sourire, sur les plateaux de télé­vi­sion.

Marine le Pen, on le sait, compte faire adop­ter ce projet de loi dans les six mois qui suivront son élec­tion. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’elle n’am­bi­tionne pas seule­ment, si l’on peut dire, de bloquer l’ar­ri­vée des immi­grés ou de se montrer plus sévère avec les clan­des­tins. La prési­dente du RN cible aussi, sinon avant tout, les familles, les hommes, les femmes, en situa­tion régu­lière et en France depuis souvent des décen­nies. Ces derniers, si elle arrive au pouvoir, seront réduits au rang de sous-citoyens ne dispo­sant pas des mêmes droits que les « natio­naux ». L’objec­tif est de les priver de ressources afin de les pous­ser à quit­ter le terri­toire. Voilà le but pour­suivi par Marine Le Pen même si elle ne l’énonce pas aussi clai­re­ment.La suite après la publi­cité

Une « remi­gra­tion » qui ne dit pas son nom

Car la « préfé­rence natio­nale » ne consiste pas unique­ment à privi­lé­gier les Français. Elle vise aussi à obli­ger des milliers de personnes à « rentrer chez eux ». La « remi­gra­tion » prônée par Zemmour avance ici de façon masquée. Mais jusqu’ici, Marine Le Pen n’a pas eu à s’en expliquer, ses adver­saires concen­trant prin­ci­pa­le­ment leurs attaques, et à juste titre, sur le terrain consti­tu­tion­nel. Son projet viole en effet tout à la fois les conven­tions euro­péennes, les prin­cipes élémen­taires de notre justice et la Décla­ra­tion univer­selle des Droits de l’Homme de 1789. Ce que Marine Le Pen, avocate de profes­sion, sait perti­nem­ment. C’est bien pour cela qu’elle s’ap­puiera, dit-elle, sur le « peuple » pour contour­ner le parle­ment et procé­der par « réfé­ren­dum ». Une démarche que le consti­tu­tion­na­liste Domi­nique Rous­seau quali­fie de « coup d’Etat contre l’Etat de droit ».Le Conseil consti­tu­tion­nel bloquera-t-il le réfé­ren­dum que promet Marie Le Pen si elle est élue ?

De cela, Marine Le Pen ne se cache d’ailleurs même pas. « Depuis trente ans, peut-on lire dans l’ex­posé des motifs de son projet réfé­ren­daire, la juris­pru­dence consti­tu­tion­nelle (en clair, la Conven­tion euro­péenne des Droits de l’Homme et des Liber­tés fonda­men­tales) donne quasi­ment les mêmes droits aux Français et à ceux qui ne le sont pas. » C’est cette égalité qu’elle entend rompre pour insti­tuer une discri­mi­na­tion clai­re­ment assu­mée entre « natio­naux » et étran­gers, notam­ment en matière d’em­ploi ou d’ac­cès à un loge­ment social. Elle à l’Ely­sée, si deux familles, une « natio­nale » et une « étran­gère », sonnent à la porte d’un office de HLM, la première passera systé­ma­tique­ment devant. Idem lors d’un entre­tien d’em­bauche : les Français d’abord. Et cette forme de discri­mi­na­tion qui est actuel­le­ment consi­dé­rée comme un délit, passible d’une peine de trois ans de prison et d’une amende pouvant aller jusqu’à 45 000 euros, devien­dra de facto la règle à suivre.

Le retour vers un passé tragique

Cette rupture d’éga­lité n’est cepen­dant que la face immer­gée d’un projet de loi qui entend aussi redé­fi­nir « l’ac­cès des étran­gers à l’exer­cice de certaines profes­sions  ». Lesquelles ? Dans l’ar­ticle 1 figure la préci­sion suivante : « La loi pourra inter­dire l’ac­cès à des emplois dans l’ad­mi­nis­tra­tion, des entre­prises publiques, et des personnes morales char­gées d’une mission de service public aux personnes qui possèdent la natio­na­lité d’un autre Etat » Dans cette phrase, il faut s’ar­rê­ter sur chaque mot ou presque. « Ceux qui possèdent la natio­na­lité d’un autre Etat » ? Autre­ment dit, les bina­tio­naux (soit envi­ron 3, 5 millions de personnes).

Aujourd’­hui, ces derniers peuvent, comme tous les Français, exer­cer dans la fonc­tion publique ou l’ad­mi­nis­tra­tion, égale­ment ouvertes aux étran­gers sous le statut de contrac­tuels (20 % des effec­tifs). La candi­date Le Pen, si on lit bien ses écrits program­ma­tiques, se donne les moyens de tous les en exclure. Comme elle veut les bouter hors d’un autre secteur d’em­ploi, celui « des personnes morales char­gées d’une mission de service public ». C’est-à-diredes entre­prises ou asso­cia­tions œuvrant dans le domaine du social ou de la santé, mais aussi de l’en­sei­gne­ment privé ou du ramas­sage des ordures dans les muni­ci­pa­li­tés. Des pans entiers d’ac­ti­vi­tés, à La Poste, EDF, ou la SNCF, sont aussi concer­nés par les restric­tions envi­sa­gées par la postu­lante du RN. Si son texte entrait en appli­ca­tion, des millions d’em­plois seraient donc poten­tiel­le­ment inter­dits aux étran­gers comme aux bina­tio­naux. Un véri­table séisme écono­mique et humain. Et un retour vers le passé, tragique. Marine Le Pen ne renoue pas avec n’im­porte quelle histoire.

En 1899, dans l’ex­posé des motifs d’une loi dépo­sée au Parle­ment pour « écar­ter de la fonc­tion publique tous les descen­dants d’étran­gers jusqu’à la quatrième géné­ra­tion  », les rédac­teurs écri­vaient : « L’étran­ger est partout, il enva­hit la banque, les profes­sions libé­rales, il acca­pare à son profit certaines indus­tries qui jusqu’a­lors étaient entre les mains des Français. » Sous le régime de Vichy, la loi du 27 septembre 1940 stig­ma­ti­sait tout autant « les étran­gers en surnombre dans l’éco­no­mie française ». Inter­rogé par « l’Obs », l’his­to­rien Denis Peschanski rappelle que cette légis­la­tion « a conduit à l’in­ter­ne­ment d’en­vi­ron 400 000 étran­gers, regrou­pés dans des “grou­pe­ments de travailleurs étran­gers” sous l’au­to­rité du minis­tère du Travail et sous la surveillance de la gendar­me­rie ». Le Rassem­ble­ment Natio­nal, s’ef­fraie encore l’his­to­rien, s’ins­crit aujourd’­hui « dans le même genre de logi­ciel ».

La fin du regrou­pe­ment fami­lial

Résu­mons : Marine Le Pen au pouvoir, les étran­gers se verraient bannis de nombre d’em­plois. Sa loi prévoit aussi de pouvoir les priver « d’ac­ti­vi­tés asso­cia­tives » et « de repré­sen­ta­tion profes­sion­nelle ou syndi­cale  ». Sans ressources (puisqu’elle s’en­gage égale­ment à leur couper toutes les allo­ca­tions fami­liales et les aides issues d’une quin­zaine de dispo­si­tifs de soli­da­rité), ils se retrou­ve­raient vite en situa­tion d’ex­pul­sion, la prési­dente d’ex­trême droite ayant par ailleurs décidé, en appli­ca­tion de son programme, de faire partir de France, les non-natio­naux au chômage depuis plus d’un an ! Et exit le « droit du sol » à l’âge de la majo­rité pour leurs enfants nés et ayant vécu en France. Fini aussi le regrou­pe­ment fami­lial, à de très rares excep­tions près. Quant aux étran­gers qui dési­re­raient malgré tout s’ins­tal­ler dans l’Hexa­gone sous férule lepé­niste, ils auront à prou­ver qu’ils sont « titu­laires d’un contrat d’as­su­rance couvrant leurs frais de santé » car prévient la candi­date du RN, « ils ne peuvent consti­tuer un coût pour le système de protec­tion sociale et pour les finances publiques ».

Rompre avec le prin­cipe consti­tu­tion­nel d’éga­lité, bloquer l’ac­cès des étran­gers à de nombreuses profes­sions, les priver d’al­lo­ca­tions fami­liales, annu­ler le droit du sol, durcir les possi­bi­li­tés de natu­ra­li­sa­tion, et empê­cher que les familles se réunissent, toute cette poli­tique n’a qu’une fina­lité qui figure dans le projet de loi défendu par Marine Le Pen : « que l’ins­tal­la­tion des étran­gers sur le terri­toire natio­nal  » ne puisse en rien « modi­fier la compo­si­tion et l’iden­tité du peuple français ». La candi­date RN en appelle à un sursaut qu’elle quali­fie de « civi­li­sa­tion­nel ». Sur ce plan, elle a raison. Si elle gagne le 24 avril, la France ne sera plus la France.

– Préci­sion : Suite à la publi­ca­tion de cet article, l’en­tou­rage de Marine Le Pen a souhaité réagir. Son direc­teur de cabi­net Renaud Labaye nous confirme que «  les bina­tio­naux sont bien concer­nés par une possible inter­dic­tion d’exer­cer dans certains secteurs. » Mais, tient-il à préci­ser, « comme il s’agit d’un texte consti­tu­tion­nel, il fallait ouvrir large les possi­bi­li­tés. Ensuite , il est prévu que la loi restreigne le champs des inter­dic­tions ». Par Matthieu Aron

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.