Aller au contenu

Objet : Demande de déchéance de la natio­na­lité française

En signe de protes­ta­tion contre la répres­sion des mouve­ments sociaux et l’état d’ur­gence, avec humour et une déter­mi­na­tion provo­ca­trice réjouis­sante, un groupe de citoyens — Francs tireurs Parti­sans d’une citoyen­neté mondiale — que la Presse quali­fie d’anar­chistes de l’ïle d’Olé­ron, s’adresse au Président de la répu­blique pour deman­der d’être déchu de leur natio­na­lité française et l’in­forme qu’ils vont créer des papiers de citoyen du monde.

Texte et fac-similé de la lettre :

F.T.P. (Francs tireurs Parti­sans d’une citoyen­neté mondiale)
35 allée de l’Angle – Chaucre
17190 St Georges d’Olé­ron
Tel : 05 46 76 73 10
Adresse élec­tro­nique : editions­li­ber­tai­res@­wa­na­doo.fr

le 22 janvier 2016

Objet : Demande de déchéance de la natio­na­lité française

À Mr le président de la répu­blique française.

Mr le Président, nous vous faisons une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps. Nous sommes nés dans ce pays, la France, par hasard. Nous n’avons choisi ni de naître, ni de naître en France. Il en va ainsi de tous les êtres humains.

Jusqu’à présent, ce non-choix ne nous posait pas de trop gros problèmes. Nous aurions pu tomber plus mal.

Depuis déjà quelque temps, cepen­dant, entre Notre-Dame-des-Landes et la condam­na­tion de syndi­ca­listes à de la prison ferme, nous avions quelques doutes sur votre capa­cité à faire rêver d’une France dite pays des droits de l’homme. Vous nous accor­de­rez de ne même pas parler de socia­lisme.

Avec votre dernier tripa­touillage poli­ti­card à propos de la déchéance du droit de natio­na­lité, les choses sont claires. Vous jouez avec les allu­mettes. Vous savez que les terro­ristes se moquent comme de leur première chemise d’être déchus ou non de… Et pour­tant, vous êtes en train de mettre en place un arse­nal juri­dique déma­gogue qui assigne aujourd’­hui à rési­dence des écolos et des syndi­ca­listes et qui, demain, se retour­nera contre vous…

Rappe­lez-vous, Martin Niemöl­ler. Libéré des camps par la chute du régime nazi, en 1945. Il est l’au­teur de Quand ils sont venus cher­cher… faus­se­ment attri­bué à Bertold Brecht. Il disait : « Lorsque les nazis sont venus cher­cher les commu­nistes, je n’ai rien dit… je n’étais pas commu­niste. Lorsqu’ils sont venus cher­cher les syndi­ca­listes, je n’ai rien dit… je n’étais pas syndi­ca­liste. Lorsqu’ils sont venus cher­cher les juifs, je n’ai rien dit… je n’étais pas juif. Lorsqu’ils sont venus me cher­cher… il ne restait plus personne pour protes­ter. »

Monsieur le Président, demain, quand ceux que vous préten­dez combattre seront au pouvoir, ils se conten­te­ront d’ap­pliquer vos lois. Comment ne compre­nez-vous pas cela ?

Par voie de consé­quence, comme nous le permet encore la Cons­ti­tu­tion, nous nous décla­rons en situa­tion d’in­sur­rec­tion.

Par la présente, veuillez rece­voir notre demande de déchéance de la natio­na­lité française.

Pourquoi ?

Nous autres, Français de hasard, ne voulons plus être français tant que vous incar­ne­rez cette idée de la France.

Par la présente, nous vous infor­mons égale­ment de notre volonté de créer dans les plus brefs délais une carte d’iden­tité et un passe­port de citoyen du monde.

Monsieur le président, préve­nez vos gens d’armes, que nous serons lour­de­ment armés de ces armes de destruc­tion massive que sont l’in­tel­li­gence, la non-violence, l’hon­neur et… l’hu­mour. Et que nous n’hé­si­te­rons pas à tirer ! Avec ces armes là !

Jean-Marc Raynaud, Domi­nique Lestrat, Yannick Thébault, Stephane Troplain, Paul Boino, Annie Arroyo, Laurent Condu­ché, Thyde Rosell, Clau­die Anne­reau, Thierry Sassi, Michel Di Nocera, Jean-Pierre Georges, Bob Siné, Benois Rey.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.