Aller au contenu

Prof de philo suspendu à Poitiers

Des photos du rassem­ble­ment d’aujourd’­hui et d’autres éléments

Entre 200 et 300 personnes ce mercredi à 13h00 au rassem­ble­ment contre la mise à pied du profes­seur de lycée accusé « d’apo­lo­gie du terro­risme ». Présence du SNES-FSU et de FO, de lycéen.nes, de profes­seurs et de mili­tant.es

DSCF1023

DSCF1026

La bande­rolle offi­cielle sur la mairie pour la liberté (en l’ocur­rence de la presse) semblait sarcas­tique :

DSCF1021

DSCF1019

.

Petit jeu : trois indi­vi­dus ont suivi le rassem­ble­ment de loin et n’ont pas été applau­dis : sauras-tu les recon­naître ?

 DSCF1022

DSCF1027

.

La lettre de l’in­ter­syn­di­cale du lycée Victor Hugo de Poitiers au Recteur:

« Monsieur le Recteur,

L’in­ter­syn­di­cale du Lycée V. Hugo tient à vous faire connaître sa stupé­fac­tion à l’an­nonce de la suspen­sion pour quatre mois de notre collègue Jean-François Chaze­rans.

Nous ne compre­nons pas qu’une déci­sion d’une telle gravité ait pu être aussi rapi­de­ment prise, et alors que le recueil de témoi­gnages ne semble avoir concerné qu’un nombre extrê­me­ment restreint d’élèves sur la tota­lité de ceux que Monsieur Chaze­rans a en charge.

Nous sommes inquiets du fait qu’un profes­seur puisse être aussi sérieu­se­ment mis en cause sur l’unique base de ce que quelques élèves peuvent rappor­ter sur ce qui peut être dit en cours. La gravité de la situa­tion et des accu­sa­tions portées à l’en­contre de notre collègue aurait mérité que d’autres élèves et adultes de notre établis­se­ment soient amenés à témoi­gner.

Nous lisons depuis quelques jours dans la presse, qui rapporte, entre autres, vos propos Monsieur le Recteur et ceux de Monsieur le Procu­reur de la Répu­blique, que cette mesure aurait été justi­fiée par « des plaintes de familles » faisant état de « propos dépla­cés pendant la minute de silence ». Les termes « apolo­gie du terro­risme » sont égale­ment évoqués.

Nous pouvons témoi­gner que, malgré les délais d’or­ga­ni­sa­tion très courts, la minute de silence s’est tenue dans notre établis­se­ment sans inci­dent, ni de la part des élèves, ni de la part des ensei­gnants. Elle s’est tenue dans la cour du lycée, avec gravité et dignité. Nous ne compre­nons pas comment M. Chaze­rans peut se retrou­ver accusé d’avoir tenu des propos dépla­cés pendant ce moment-là.

Par ailleurs, connais­sant les enga­ge­ments citoyens et huma­nistes de notre collègue, nous ne pouvons croire qu’il ait pu tenir des propos pouvant être assi­mi­lés à une apolo­gie du terro­risme.

Au lende­main des atten­tats qui ont visé Char­lie Hebdo et l’épi­ce­rie HyperCa­cher de Vincennes, dans ce lycée, comme dans beau­coup d’autres, les profes­seurs ont tenté de répondre aux élèves, de calmer leurs émotions en les aidant à passer à l’ana­lyse, le tout dans la plus grande soli­tude. Les mesures prises à l’en­contre de collègues mais aussi d’élèves, depuis la mi-janvier, dans le cadre de la lutte contre le terro­risme, ne permettent pas de rame­ner la quié­tude néces­saire au bon fonc­tion­ne­ment du service public d’Edu­ca­tion_ aujourd’­hui, à la fois solli­cité et mis en cause dans les médias. Tout parti­cu­liè­re­ment au Lycée Victor Hugo, nous nous sentons désor­mais sous la menace de mauvaises inter­pré­ta­tions de nos propos éven­tuels par nos élèves, mais aussi sous la menace d’une enquête expé­di­tive, à charge et d’une mesure dont nous ne compre­nons les motifs.

Nous sommes tous conscients de nos devoirs de fonc­tion­naires, mais aussi de nos devoirs et droits de citoyens, libres de penser et libres de soumettre à nos élèves des éléments d’ana­lyse des événe­ments pour les aider à comprendre et à déve­lop­per un regard critique sur le monde dans lequel ils vivent. Cela ne fait-il pas partie de notre mission éduca­tive et répu­bli­caine ?

Nous deman­dons, Monsieur le Recteur, la réin­té­gra­tion de M. Chaze­rans dans ses fonc­tions d’en­sei­gnant de philo­so­phie au Lycée Victor Hugo de Poitiers dans les plus courts délais. »

Source : http://poitiers.snes.edu/soli­da­rite-avec-notre-collegue-de-philo-de-poitiers/

Un préavis de grève est déposé par les ensei­gnant.es du lycée pour jeudi prochain

Billets en relation :

2 réflexions au sujet de « Prof de philo suspendu à Poitiers »

  1. Mourier dit :

    Ancien fonctionnaire, ancien responsable FCPE et membre du Conseil d’Administration au Lycée Victor Hugo, père d’un élève qui a bénéficié de l’enseignement de JF Chazerans, je suis révulsé par le sort qui est fait à cet enseignant qui fait honneur au service public de l’Education Nationale. La mobilisation massive est à la hauteur de cet honneur.

    Répondre
  2. Ping : Peut-on rire avec les généraux, la hiérarchie policière et le recteur de l’académie de Poitiers? « Reve 86

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.