Aller au contenu

Sortir de l’état d’ur­gence

Un appel unitaire initié par la Ligue des Droits de l’Homme

Après l’ap­pel « Nous ne céde­rons pas ! », une centaine d’or­ga­ni­sa­tions ont rendu public le texte « Sortir de l’état d’ur­gence » au cours d’une confé­rence de presse, le 17 décembre 2015.

En réac­tion à l’hor­reur des atten­tats, l’état d’ur­gence a été décrété par le gouver­ne­ment, puis aggravé et prolongé pour une durée de trois mois. Nos orga­ni­sa­tions ont immé­dia­te­ment exprimé leurs craintes vis-à-vis de ce régime d’ex­cep­tion ; ces craintes sont aujourd’­hui confir­mées par l’am­pleur des atteintes aux liber­tés consta­tées depuis quelques semaines. Nous assis­tons à un véri­table détour­ne­ment de l’état d’ur­gence qui cible égale­ment des personnes sans aucun lien avec des risques d’at­ten­tat. Ces abus doivent cesser.

La volonté de se rassem­bler et de mani­fes­ter ensemble a prévalu après les atten­tats commis à Char­lie Hebdo et l’Hy­per Cacher de Vincennes, en janvier 2015. Elle prévaut encore. Or, depuis le 13 novembre 2015, les inter­dic­tions visant les mobi­li­sa­tions sur la voie publique se multi­plient. Mani­fes­ter n’est plus un droit, et les rares conces­sions accor­dées par les préfec­tures, qui attendent souvent le dernier moment pour infor­mer de leurs inten­tions, entravent dans les faits son exer­cice.

Le minis­tère de l’In­té­rieur justi­fie tout cela par son inca­pa­cité à sécu­ri­ser les parcours alors même qu’il auto­rise, dans le même temps, les rencontres spor­tives et des événe­ments tels que les marchés de Noël, qui se tiennent sur la voie publique. L’in­ter­dic­tion des rassem­ble­ments et mani­fes­ta­tions entraîne la multi­pli­ca­tion des arres­ta­tions, des gardes à vue, des assi­gna­tions à rési­dence, un fichage poli­cier des mili­tants, et, pour quelques-uns, des condam­na­tions. Qui peut croire que cela soulage les auto­ri­tés ? La censure, ici, s’avère double­ment contre­pro­duc­ti­ve…

L’état d’ur­gence auto­rise par ailleurs des perqui­si­tions sur ordre des préfec­tures, de jour comme de nuit, en dehors de tout cadre judi­ciaire, sur le fonde­ment de fiches possi­ble­ment erro­nées, de dénon­cia­tions, d’in­for­ma­tions et de soupçons sujets à caution. Plus de deux mille six cents intru­sions discré­tion­naires sont inter­ve­nues à domi­cile, dans des mosquées, des commerces, inter­ven­tions souvent violentes, sans qu’au­cune mise en examen pour terro­risme n’ait eu lieu. Rien n’in­dique qu’une telle fréné­sie va s’ar­rê­ter, chacun peut en être victime.

Les assi­gna­tions à rési­dence se multi­plient sur la base de motifs aussi vagues que la présence sur le lieu d’une mani­fes­ta­tion ou le fait de « connaître » tel ou tel indi­vidu. Ces graves restric­tions sont appliquées, sans distinc­tion, et de manière massive, d’au­tant que les juri­dic­tions admi­nis­tra­tives ont montré qu’elles s’en accom­modent, quitte à ce que les liber­tés en souffrent. Elles reprennent à leur compte toutes les allé­ga­tions du minis­tère de l’In­té­rieur et, comble de la démis­sion, sont nombreuses à consi­dé­rer qu’il n’y aurait pas d’ur­gence à statuer sur l’état d’ur­gence.

L’état d’ur­gence et le climat de guerre inté­rieure alimenté par le gouver­ne­ment contri­buent au renfor­ce­ment des amal­games et aux pratiques discri­mi­nantes, notam­ment de la part des forces de police. Ce ne sont pas «  les terro­ristes qui sont terro­ri­sés », ce sont des jeunes et des popu­la­tions victimes de l’ar­bi­traire en raison de leur origine et/ou de leur reli­gion qui voient leur situa­tion encore davan­tage fragi­li­sée.

Repre­nant à son compte les exigences de l’ex­trême droite, FN en tête, le gouver­ne­ment s’en­gage honteu­se­ment dans une modi­fi­ca­tion de la Cons­ti­tu­tion visant à étendre la déchéance de la natio­na­lité aux bina­tio­naux nés en France.

Ces multiples atteintes portées au contrat démo­cra­tique sont une mauvaise réponse aux actes terro­ristes. Notre pays a été blessé, mais loin d’en apai­ser les plaies, l’état d’ur­gence risque de les exacer­ber en appau­vris­sant notre démo­cra­tie, en délé­gi­ti­mant notre liberté.

Dans ces circons­tances, nous appe­lons les pouvoirs publics à :

 jouer leur rôle de garants de la défense des droits et des liber­tés publiques ;

    réta­blir, sans délai, le droit plein et entier de mani­fes­ter ;

   cesser les perqui­si­tions et les assi­gna­tions à rési­dence arbi­traires et à agir dans le cadre de procé­dures judi­ciaires ;

    mettre en place des garan­ties effec­tives de contrôle ;

    lever l’état d’ur­gence ;

    renon­cer à une réforme consti­tu­tion­nelle prépa­rée dans l’ur­gence et au contenu inac­cep­table.

Paris, le 17 décembre 2015

Signa­taires :

AFD Inter­na­tio­nal, Agir pour le chan­ge­ment démo­cra­tique en Algé­rie (Acda), Alter­tour, L’Ap­pel des appels, Assem­blée citoyenne des origi­naires de Turquie (Acort), Asso­cia­tion démo­cra­tique des Tuni­siens en France (ADTF), Asso­cia­tion française des juristes démo­crates (AFJD), Asso­cia­tion France Pales­tine soli­da­rité (AFPS), Asso­cia­tion Grèce France Résis­tance, Asso­cia­tion inter­cul­tu­relle de produc­tion, de docu­men­ta­tion et de diffu­sion audio­vi­suelles (AIDDA), Asso­cia­tion des Maro­cains en France (AMF), Asso­cia­tion pour la recon­nais­sance des droits et liber­tés aux femmes musul­manes (ARDLFM), Asso­cia­tion des travailleurs magh­ré­bins de France (ATMF), Asso­cia­tion des Tuni­siens en France (ATF), Asso­cia­tion des univer­si­taires pour le respect du droit inter­na­tio­nal en Pales­tine (Aurdip),  Attac, Cadac, Cede­tim, Centre isla­mique Philippe Grenier (CIPG), Centre de recherche et d’in­for­ma­tion pour le déve­lop­pe­ment (Crid), CGT-Police Paris, Collec­tif 3C, Collec­tif des 39, Collec­tif CGT Inser­tion-Proba­tion (UGFF-CGT), Collec­tif Judéo Arabe et Citoyen pour la Pales­tine (CJACP), Collec­tif Stop le contrôle au faciès, Confé­dé­ra­tion géné­rale du travail (CGT), Confé­dé­ra­tion natio­nale du loge­ment (CNL), Confé­dé­ra­tion paysanne, Conseil natio­nal des asso­cia­tions fami­liales laïques (Cnafal), Collec­tif contre l’is­la­mo­pho­bie en France (CCIF), Collec­tif des fémi­nistes pour l’éga­lité (CFPE),  Collec­tif Memo­rial 98, Collec­tif des musul­mans de France (CMF), Collec­tif natio­nal pour les droits des femmes (CNDF), Comité pour le déve­lop­pe­ment et le patri­moine (CDP), Comité pour le respect des liber­tés et des droits de l’Homme en Tuni­sie (CRLDHT), Commis­sion islam et laïcité, Confé­dé­ra­tion syndi­cale des familles (CSF), Coor­di­na­tion de l’ac­tion non-violente de l’Arche (Canva), Coor­di­na­tion des collec­tifs AC !, Droits devant !, Droit au loge­ment (Dal), Droit soli­da­rité, Emmaüs France, Emmaüs Inter­na­tio­nal, Euro­med Femi­nist Initia­tive (IFE-EFI), Fédé­ra­tion inter­na­tio­nale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH), Fédé­ra­tion natio­nale de la Libre pensée, Fédé­ra­tion des Tuni­siens citoyens des deux rives (FTCR), Femmes Soli­daires, Filles et fils de la Répu­blique (FFR), Fonda­tion Coper­nic, Fonda­tion Danielle Mitter­rand France Liber­tés, Genepi, Ipam, La Cimade, La Ligue de l’en­sei­gne­ment, La Quadra­ture du Net, Le Gisti, Le Mouve­ment de la paix, Les Amou­reux au ban public, Les Céméa, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Maison des potes, Mamans toutes égales (MTE), Minga-agir ensemble pour une écono­mie équi­table, Mouve­ment contre le racisme et pour l’ami­tié entre les peuples (Mrap), Obser­va­toire inter­na­tio­nal des prisons (OIP) – section française, Orga­ni­sa­tion de femmes égalité, Osez le fémi­nisme !, Plan­ning fami­lial, Réseau d’alerte et d’in­ter­ven­tion pour les droits de l’Homme (RaidH), Réseau éduca­tion sans fron­tières (RESF), Réseau euro­magh­ré­bin culture et citoyen­neté (REMCC), Réseau Euro­med France (REF), Réseau Immi­gra­tion Déve­lop­pe­ment Démo­cra­tie (IDD), SNJ-CGT, SNPES-PJJ/FSU, Soli­daires étudiant-e-s, Soli­da­rité laïque, Sud Inté­rieur, Syndi­cat des avocats de France (Saf), Syndi­cat français des artistes inter­prètes (SFA), Syndi­cat de la magis­tra­ture, Syndi­cat de la méde­cine géné­rale, Syndi­cat natio­nal des arts vivants (Synavi), Syndi­cat natio­nal des jour­na­listes (SNJ), Syndi­cat natio­nal unitaire inter­mi­nis­té­riel des terri­toires, de l’agri­cul­ture et de la mer (SNUITAM – FSU), Syndi­cat natio­nal travail emploi forma­tion profes­sion­nelle – CGT (SNTEFP-CGT), Unef, Union géné­rale des fédé­ra­tions de fonc­tion­naires CGT (UGFF-CGT), Union juive française pour la paix (UJFP), Union natio­nale lycéenne (UNL), Union syndi­cale de la psychia­trie (USP), Union syndi­cale Soli­daires, Union des travailleurs immi­grés tuni­siens (Utit).

Asso­cia­tions locales et autres :

Asti 93, Collec­tif 07 stop au gaz et huile de schiste, Collec­tif BDS Saint-Etienne, Collec­tif Justice & Liber­tés (Stras­bourg), Collec­tif Maquis de Corrèze, Collec­tif Romeu­rope 94, la revue Ecole éman­ci­pée, Espace franco-algé­rien, Faucheurs volon­taires de la Loire, la revue Inpre­cor, le jour­nal Regards, Réseaux citoyens Saint-Etienne, Vigi­lance OGM 18.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.