Aller au contenu

Sud Vienne, « Vive la gauche! » Tribune libre de Didier Mehl, mili­tant d’En­semble!

Voici un texte qui a circulé parmi des mili­tants du Sud Vienne. Il a été écrit par notre cama­rade Didier Mehl. Il a paru d’abord sur Web86.

Nous le publions ici en tribune libre. Cela signi­fie comme parti­ci­pa­tion au débat, débat qui ne saurait manquer de rebon­dir.

Le ton polé­mique envers le PCF local est celui de Didier, nous avons un peu tardé à le publier de ce fait.

Par ailleurs, Didier souligne qu’il n’a pas signé l’ap­pel initia­teur de Vienne en tran­si­tion, préci­sons que la plupart des autres mili­tants d’En­semble!86 l’ont signé. Nous souhai­tions une démarche pour les dépar­te­men­tales asso­ciant EELV, PCF, Géné­ra­tions et Ensemble!, PG, et LFI locale et ses alliés anciens ou récents. En arri­ver à certaines candi­da­tures qui ont la double inves­ti­ture Vienne en tran­si­tion et PS comme c’est la cas était et est étran­ger à nos objec­tifs poli­tiques.

Bref, il est temps de s’ex­pri­mer de façon contra­dic­toire publique­ment.

Pascal Bois­sel (je n’en­gage moi aussi que moi avec cette intro­duc­tion à ce texte de Didier Mehl)

Le titre initial du texte est:

Vive la gauche!

————————–

2007 fin des comi­tés unitaires anti­li­bé­raux. 2017 fin du Front de gauche.

Voilà deux riches expé­riences qui ont permis à de nombreux citoyens, mili­tants syndi­caux, asso­cia­tifs, membres ou non de partis poli­tiques de se côtoyer et de construire de possibles alter­na­tives.

Pour le Sud Vienne, avec le départ sans bruits de plusieurs dizaines de sympa­thi­sants, la fin de la deuxième expé­rience était annon­cée. Le PCF, seul parti restant ,a tenté d’agi­ter de mornes réfé­rences (1) pendant que d’autres tentaient de propo­ser une forme asso­cia­tive avec adhé­sion directe, une tréso­re­rie indé­pen­dante, un fonc­tion­ne­ment moins verti­cal, la convo­ca­tion d’une assem­blée citoyenne, etc…

« Quand on n’a plus aucune influence, on se retire » pour citer Pablo Igle­sias (2)

La dernière fête de « l’hu­main d’abord » de l’Isle Jour­dain reste une gros­sière cari­ca­ture pour ceux qui pouvaient encore croire encore à une co-construc­tion dans la diver­sité. Le dire, même de façon ironique, a pu amener les nouveaux respon­sables (lesquels n’avaient jamais relevé les manches pour construire le Front de Gauche ) à manier plus faci­le­ment l’in­sulte que la dialec­tique.

Tout reste à réin­ven­ter ici, dépar­te­men­ta­le­ment et à l’éche­lon natio­nal.

Le décor (ou les décors) est en place pour les prochaines élec­tions de 21 et 22 juin.

Je n’ai pas signé l’ap­pel  » La Vienne en tran­si­tion  » trou­vant le texte insuf­fi­sam­ment anti-libé­ral et anti- produc­ti­viste permet­tant tous les recy­clages possibles. Nous y sommes. D’un appel citoyen, nous sommes arri­vés à des reflexes parti­daires connus et pourquoi se cacher derrière des « NE » – non encar­tés- lorsque l’on est bel et bien membre d’un parti ? Cara­bis­touille (3).

Les rapports au PS empoi­sonnent la gauche anti­li­bé­rale depuis des années. Et quand je pense que F. Hollande, il y a encore peu, ne faisait aucun choix dans le cas d’un 2éme tour entre Le Pen et Mélen­chon (4)…

En 2015, le Front de Gauche (fdg) poin­tait le manque de lisi­bi­lité à l’éche­lon natio­nal de ses listes présentes dans les diffé­rentes régions. Alors, aujourd’­hui, c’est plutôt la déban­dade: alliance à géomé­trie variable, divi­sion au sein d’un même parti dans une même région, etc…

À un an des prési­den­tielles avec une absence de campagne autre que les médias et les réseaux sociaux, on peut s’at­tendre à tout. Ce n’est pas les incan­ta­tions à l’unité, entre deux réunions des gauches, des écolo­gistes qui peut offrir une pers­pec­tive dési­rable pour 2022 (on compte au moins déjà 4/5 préten­dants). Une sorte de bal des dupes.

Des résis­tances syndi­cales, écolo­gistes, des formes nouvelles d’ap­pa­ri­tion (nuit debout, gilets jaunes), de nouvelles façons de travailler, de vivre, de consom­mer,…pour­tant existent tradui­sant ainsi un écart gran­dis­sant entre rue et urnes.

Didier Mehl, ancien co-coor­di­na­teur du fdg sud vienne.

Notes:

1.après le départ de la France Insou­mise (le FdG était consti­tué du PCF, du Parti de Gauche et d’En­semble! ) plus de site natio­nal, plus de commis­sions théma­tiques, plus de comité dépar­te­men­tal de liai­son,…
2.Pablo Igle­sias de la gauche radi­cale en Espagne après l’avan­cée de l’ex­trême droite à Madrid.
3.On peut lire sur le site d’En­semble!86 (reve86.org ) les raisons du départ de ce curieux atte­lage.
4.La mati­nale de France inter du 10.05.21.

Billets en relation :

4 réflexions au sujet de « Sud Vienne, « Vive la gauche! » Tribune libre de Didier Mehl, mili­tant d’En­semble! »

  1. Zielinski Christian dit :

    Il aurait été judicieux de faire paraître aussi la réponse à ce courriel que j’avais envoyée dès sa réception. Salutations. Christian Zielinski

    Répondre
  2. pascal b dit :

    Nous publierons ta réponse, évidemment. Envoie la nous à nouveau

    Répondre
  3. Ping : Sud Vienne. Christian Zielinski (PCF) répond à Didier Mehl (Ensemble!) – Reve 86

  4. Ping : Sud Vienne. Une polémique entre Ensemble! et le PCF. La position d’Ensemble! 86 – Reve 86

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.