Aller au contenu

Sud Vienne, « Vive la gauche! » Tribune libre de Didier Mehl, mili­tant d’En­semble!

Voici un texte qui a circulé parmi des mili­tants du Sud Vienne. Il a été écrit par notre cama­rade Didier Mehl. Il a paru d’abord sur Web86.

Nous le publions ici en tribune libre. Cela signi­fie comme parti­ci­pa­tion au débat, débat qui ne saurait manquer de rebon­dir.

Le ton polé­mique envers le PCF local est celui de Didier, nous avons un peu tardé à le publier de ce fait.

Par ailleurs, Didier souligne qu’il n’a pas signé l’ap­pel initia­teur de Vienne en tran­si­tion, préci­sons que la plupart des autres mili­tants d’En­semble!86 l’ont signé. Nous souhai­tions une démarche pour les dépar­te­men­tales asso­ciant EELV, PCF, Géné­ra­tions et Ensemble!, PG, et LFI locale et ses alliés anciens ou récents. En arri­ver à certaines candi­da­tures qui ont la double inves­ti­ture Vienne en tran­si­tion et PS comme c’est la cas était et est étran­ger à nos objec­tifs poli­tiques.

Bref, il est temps de s’ex­pri­mer de façon contra­dic­toire publique­ment.

Pascal Bois­sel (je n’en­gage moi aussi que moi avec cette intro­duc­tion à ce texte de Didier Mehl)

Le titre initial du texte est:

Vive la gauche!

————————–

2007 fin des comi­tés unitaires anti­li­bé­raux. 2017 fin du Front de gauche.

Voilà deux riches expé­riences qui ont permis à de nombreux citoyens, mili­tants syndi­caux, asso­cia­tifs, membres ou non de partis poli­tiques de se côtoyer et de construire de possibles alter­na­tives.

Pour le Sud Vienne, avec le départ sans bruits de plusieurs dizaines de sympa­thi­sants, la fin de la deuxième expé­rience était annon­cée. Le PCF, seul parti restant ,a tenté d’agi­ter de mornes réfé­rences (1) pendant que d’autres tentaient de propo­ser une forme asso­cia­tive avec adhé­sion directe, une tréso­re­rie indé­pen­dante, un fonc­tion­ne­ment moins verti­cal, la convo­ca­tion d’une assem­blée citoyenne, etc…

« Quand on n’a plus aucune influence, on se retire » pour citer Pablo Igle­sias (2)

La dernière fête de « l’hu­main d’abord » de l’Isle Jour­dain reste une gros­sière cari­ca­ture pour ceux qui pouvaient encore croire encore à une co-construc­tion dans la diver­sité. Le dire, même de façon ironique, a pu amener les nouveaux respon­sables (lesquels n’avaient jamais relevé les manches pour construire le Front de Gauche ) à manier plus faci­le­ment l’in­sulte que la dialec­tique.

Tout reste à réin­ven­ter ici, dépar­te­men­ta­le­ment et à l’éche­lon natio­nal.

Le décor (ou les décors) est en place pour les prochaines élec­tions de 21 et 22 juin.

Je n’ai pas signé l’ap­pel  » La Vienne en tran­si­tion  » trou­vant le texte insuf­fi­sam­ment anti-libé­ral et anti- produc­ti­viste permet­tant tous les recy­clages possibles. Nous y sommes. D’un appel citoyen, nous sommes arri­vés à des reflexes parti­daires connus et pourquoi se cacher derrière des « NE » – non encar­tés- lorsque l’on est bel et bien membre d’un parti ? Cara­bis­touille (3).

Les rapports au PS empoi­sonnent la gauche anti­li­bé­rale depuis des années. Et quand je pense que F. Hollande, il y a encore peu, ne faisait aucun choix dans le cas d’un 2éme tour entre Le Pen et Mélen­chon (4)…

En 2015, le Front de Gauche (fdg) poin­tait le manque de lisi­bi­lité à l’éche­lon natio­nal de ses listes présentes dans les diffé­rentes régions. Alors, aujourd’­hui, c’est plutôt la déban­dade: alliance à géomé­trie variable, divi­sion au sein d’un même parti dans une même région, etc…

À un an des prési­den­tielles avec une absence de campagne autre que les médias et les réseaux sociaux, on peut s’at­tendre à tout. Ce n’est pas les incan­ta­tions à l’unité, entre deux réunions des gauches, des écolo­gistes qui peut offrir une pers­pec­tive dési­rable pour 2022 (on compte au moins déjà 4/5 préten­dants). Une sorte de bal des dupes.

Des résis­tances syndi­cales, écolo­gistes, des formes nouvelles d’ap­pa­ri­tion (nuit debout, gilets jaunes), de nouvelles façons de travailler, de vivre, de consom­mer,…pour­tant existent tradui­sant ainsi un écart gran­dis­sant entre rue et urnes.

Didier Mehl, ancien co-coor­di­na­teur du fdg sud vienne.

Notes:

1.après le départ de la France Insou­mise (le FdG était consti­tué du PCF, du Parti de Gauche et d’En­semble! ) plus de site natio­nal, plus de commis­sions théma­tiques, plus de comité dépar­te­men­tal de liai­son,…
2.Pablo Igle­sias de la gauche radi­cale en Espagne après l’avan­cée de l’ex­trême droite à Madrid.
3.On peut lire sur le site d’En­semble!86 (reve86.org ) les raisons du départ de ce curieux atte­lage.
4.La mati­nale de France inter du 10.05.21.

4 réflexions au sujet de « Sud Vienne, « Vive la gauche! » Tribune libre de Didier Mehl, mili­tant d’En­semble! »

  1. Zielinski Christian dit :

    Il aurait été judicieux de faire paraître aussi la réponse à ce courriel que j’avais envoyée dès sa réception. Salutations. Christian Zielinski

    Répondre
  2. pascal b dit :

    Nous publierons ta réponse, évidemment. Envoie la nous à nouveau

    Répondre
  3. Ping : Sud Vienne. Christian Zielinski (PCF) répond à Didier Mehl (Ensemble!) – Reve 86

  4. Ping : Sud Vienne. Une polémique entre Ensemble! et le PCF. La position d’Ensemble! 86 – Reve 86

Répondre à pascal b Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.