Aller au contenu

Le soutien aux migrants dans les Alpes mari­times

Nous publions un écho trans­mis par nos cama­rades d’En­semble! 06 sur le soutien aux migrants bloqués à la fron­tière italienne :

Cela fait main­te­nant plusieurs années que la ques­tion de la fron­tière et de l’ac­cueil digne des réfu­gié-e-s et des migrant-e-s se pose dans les Alpes-Mari­times et que la crise de la poli­tique d’ac­cueil de l’UE se voit dans toute son acuité à l’image de ce qui se passe dans d’autres partie de la France et de l’Eu­rope.

Dans un premier temps la fron­tière à Vinti­mille a été le cœur de la ques­tion. Depuis quelques mois, la vallée de la Roya a pris le relais. Les procès de Cédric Herrou et de Pierre Alain Mannoni en ont été les symboles. Nos droite extrême et extrême droite locales l’ont bien compris qui s’acharnent sur les citoyen-e-s soli­daires de la Roya. Dernier en date : Bettati, le bébé méde­cin passé au FN, a accusé Cédric d’être le dernier maillon d’une mafia de passeur.

Depuis deux semaines, la situa­tion dans la Roya est deve­nue ingé­rable pour les soli­daires. Par exemple, Cédric héber­geait alors une centaine de réfu­giés chez lui.

Roya citoyenne a donc décidé d’ame­ner chaque semaine collec­ti­ve­ment plusieurs dizaines de réfu­giés sur Nice afin qu’ils puissent enre­gis­trer leur dossier auprès du forum réfu­giés – PADA, première étape de leur dépôt de demande d’asile.

Le préfet, déjà condamné pour non respect de la régle­men­ta­tion vis à vis des mineurs, a déli­bé­ré­ment mis des bâtons dans les roues pour mener à bien cette démarche et a bien sûr refusé de mettre à dispo­si­tion un héber­ge­ment d’ur­gence pour les nuits où les réfu­giés se trou­vaient à Nice. Cela a provoqué une nuit d’er­rance qui s’est soldée par un blessé après une tenta­tive musclée d’éva­cua­tion d’une place du vieux Nice, vite avor­tée. La présence de mili­tant-e-s d’asso, de syndi­cats et de partis a permis d’évi­ter le pire. Depuis la soli­da­rité s’est mise en place avec des accueils par des citoyen-ne-s ou encore dans le local de la fédé du PCF qui a fait le job.

Depuis, le préfet a commencé à débloqué des petits moyens pour accé­lé­rer les enre­gis­tre­ments de dossier et les flics se font plus discrets, semblant pour partie complè­te­ment perdus devant des ordres contra­dic­toires et pour beau­coup inap­pli­cables, d’au­tant que plusieurs mois de répres­sion tous azimuts n’ont abso­lu­ment rien changé à la situa­tion.

La déci­sion de Roya citoyenne a été salu­taire pour mettre les auto­ri­tés devant leur respon­sa­bi­lité et devant la débi­lité de leur poli­tique répres­sive.

Elle nous oblige aussi sur Nice à passer un cran dans la struc­tu­ra­tion du mouve­ment de soli­da­rité et dans notre inves­tis­se­ment dedans, ce qui est une excel­lente chose.

Pour finir, il est plus que jamais essen­tiel de se battre sur la ques­tion de la liberté de circu­la­tion et pas seule­ment sur celle de l’ac­cueil digne. C’est d’une part prin­ci­piel­le­ment juste mais c’est aussi tout à fait enten­dable à une large échelle dans un moment où les fron­tières tuent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.