Aller au contenu

« Tcher­no­byl, trente ans après et toujours la peur »

Un article de Jacques Terra­cher qui réagit à un article de la NR du dimanche 24 avril 2016

« Tcher­no­byl, trente ans après et toujours la peur » titrait la NR dans son maga­zine dimanche 24 avril 2016

Est-il éton­nant que les hommes aient peur de la mort ?

Non, parce que les radio­nu­cléides (1) échap­pés du réac­teur 4 de Tcher­no­byl, entre autres, sont mortelles. La peur du nucléaire est salu­taire, car elle nous incite à nous battre contre ce risque majeur. Le risque consiste à se trou­ver conta­miné par des pous­sières radio­ac­tives qui peuvent circu­ler dans l’air, dans l’eau des rivières et des océans. La conta­mi­na­tion radio­ac­tive provoque des cancers, des défaillances cardiaques, des malfor­ma­tions congé­ni­tales héré­di­tai­res…etc.

L’ac­ci­dent de Tcher­no­byl a duré envi­ron 9 jours, le temps d’éteindre l’in­cen­die alimenté par le corium (2) et le graphite. Ensuite, pendant des mois,il a fallu tenter de conte­nir la catas­trophe écolo­gique qui en a résulté : pollu­tion de toute l’Eu­rope par le nuage radio­ac­tif, porteur de pous­sières morti­fères. Un premier sarco­phage a été construit, en urgence et dans l’im­pro­vi­sa­tion totale. Ce sarco­phage tombe en ruine : un deuxième est en construc­tion qui devrait « tenir » 100 ans, le temps de déman­te­ler le réac­teur 4, en théo­rie. En pratique le danger d’ir­ra­dia­tion est encore très grand pour ceux qui devraient s’ap­pro­cher du reste de corium toujours présent quelque part sur le site, car tout n’est pas parti dans le nuage. Le calcul ou la mesure de la radio­ac­ti­vité restante et de celle qui s’est répan­due est impos­sible à faire car on ne peut appro­cher du corium restant tant il est radio­ac­tif.

L’ac­ci­dent de Tcher­no­byl est donc bien terminé, mais la catas­trophe écolo­gique et sani­taire qu’il a déclen­ché ne fait que commen­cer : les sols sont conta­mi­nés pour l’éter­nité, les gènes des popu­la­tions humaines animales et végé­tales sont marqués pour toujours. Ceci se mani­feste plus forte­ment près de la centrale, mais aussi dans toute l’Eu­rope, y compris l’est de la France et la Corse, où les doses répu­tées faibles ne sont pas inof­fen­sives.

Quand les physi­ciens nous parlent de demi-vie des radio­nu­cléides, c’est pour mini­mi­ser la durée réelle de la noci­vité de ces radio­nu­cléides qui perdure pendant 10 demi-vies. Par exemple, le pluto­nium avec une demi-vie de 24 000 ans, reste dange­reux pendant 240 000ans.

Et puis il ne faut pas oublier que, comme sur les armoires, les pous­sières s’ac­cu­mulent et circulent sur la Terre depuis 70 ans ; celles des bombes atomiques, opéra­tion­nelles ou essais (plus de 2000 sur toute la planète), celles des acci­dents (Tcher­no­byl, Fuku­shima, Mayak, Simi Valley, pour ne citer que les plus impor­tants…), celles des effluents quoti­diens des centrales.

Didier Godoy, maire d’ Avoine qui vit de la centrale de Chinon, fait une confiance aveugle à la sûreté de la centrale de Chinon et prend pour du courage le fait de ne pas avoir peur de la centrale. Les retom­bées des centrales ne sont pas que radio­ac­tives, elles sont aussi écono­miques et finan­cières. Les maires de Tcher­no­byl et de Fuku­shima parta­geaient certai­ne­ment ce point de vue….

Courage ou incons­cience ?

Le véri­table courage ne serait-il pas de regar­der les problèmes du nucléaire en face (3), sans tabou et en totale objec­ti­vité, de remettre en cause cette indus­trie et de prendre toutes les mesures pour entre­prendre la ferme­ture des réac­teurs ?

Avec le nucléaire, puisque le risque zéro n’existe pas, le danger qui en découle est infini.

Jacques Terra­cher

(1) Radio­nu­cléide = atome issu de la décom­po­si­tion de l’ura­nium au cours de la réac­tion nucléaire. On dit aussi « pous­sières radio­ac­tives »

(2) Corium = magma d’ uranium et de maté­riaux en fusion prove­nant des assem­blages de combus­tible du réac­teur acci­denté. Le corium a une tempé­ra­ture de l’ordre de 3000 °C, il passe donc à travers l’acier de la cuve (qui fond à 1500°C) et peut percer le radier en ciment du bâti­ment réac­teur.

(3) Problèmes = dépen­dance éner­gé­tique pour l’ura­nium (mines épui­sées en France) ; sûreté incer­taine des centrales vieillis­santes; coûts exces­sifs ; trai­te­ment et stockage des déchets ; risque terro­riste ; impact sani­taire sous-estimé et ignoré.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.