Aller au contenu

« Un pays au bord du chaos »

Sur des propos de la Nouvelle Répu­blique/Centre Presse

Dans notre quoti­dien du mercredi 18 mai 2016 en page 38 ce titre : « un pays au bord du chaos »

suivi d’un sous-titre : « l’état d’ex­cep­tion » instauré par le pouvoir fait craindre de nouvelles violences alors que l’op­po­si­tion appelle encore à mani­fes­ter ce mercredi »

Mais il ne s’agit pas de la France mais du Véné­zuela. Ça change tout, évidem­ment.

Dans la même édition, en page 35, ce titre sur la situa­tion en France : « Routiers, dockers, la France protes­taire serre les freins »

Eh oui ! les CRS en France c’est bien, ailleurs non.

Les protes­taires sont coura­geux et méri­tants ailleurs alors qu’en France ils freinent.

Jour­na­listes, tou-tes pourri-es ?

Mais non ! Car ce sont les diri­geants des jour­naux qui choi­sissent sciem­ment d’écrire ces salo­pe­ries dans les pages natio­nales, des pages où le pouvoir a toujours raison contre la plèbe, forcé­ment peu éclai­rée, où la réalité des choses est simple : il y a le parti de l’ordre (le pouvoir en place) et le parti du désordre (celles et ceux qui sont pour un autre ordre des choses).  » Et ça a toujours été comme ça et c’est pas main­te­nant que ça va chan­ger ! »

Dans les pages locales, c’est une autre histoire.

Un jour il faudra que la presse ait un finan­ce­ment public et non étatique, un peu comme le finan­ce­ment du cinéma peut-être.

On évite­rait ainsi les édito­ria­listes de cour qui raisonne comme Marie Antoi­nette : « Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la brioche ! »

Pascal C

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.