Aller au contenu

Contre le FN, ce parti tota­li­taire: une lutte spéci­fique à réin­ven­ter en cette année nouvelle

Le FN a le vent en poupe, les dernières élec­tions, les régio­nales tout spécia­le­ment, l’ont montré. Les villes admi­nis­trées depuis les dernières élec­tions muni­ci­pales par le FN ou par Ménard à Béziers sont le lieu d’une parole offi­cielle raciste, xéno­phobe et répres­sive à tout crin, ce qui ne nuit en rien à leur l’im­plan­ta­tion.

La démo­cra­tie se meurt en Europe.
L’air du temps est raciste, xéno­phobe, l’am­biance est au rejet de l’Autre. Hollande parade en chef de guerres afri­caines, cultive la peur dans le pays pour ses vœux de nouvel an et accu­mule les déci­sions liber­ti­cides, en conti­nua­teur de Sarkozy. Et le FN pros­père dans ce climat nauséa­bond de ressen­ti­ments. Il devient banal qu’un président socia­liste lâche veuille inscrire dans la Cons­ti­tu­tion qu’il y a deux sortes de Français , que les bina­tio­naux sont une sous caté­go­rie de français, que le FN s’en réjouisse à juste titre.
Avouons le : la pers­pec­tive d’une arri­vée au pouvoir du FN est à envi­sa­ger, au vu des analyses élec­to­rales, de l’évo­lu­tion poli­tique et sociale. Pour les mili­tant.e.s de l’éman­ci­pa­tion sociale, c’est un constat de l’échec actuel, pas défi­ni­tif mais actuel, de nos combats passés, c’est l’abou­tis­se­ment de nos échecs . C’est le résul­tat de l’évo­lu­tion de ce gouver­ne­ment qui trahit les idéaux égali­taires, sans vergogne et conti­nû­ment, de ce PS sans pensée ni morale, et c’est bien sûr le fait de cette droite faite de déma­gogues courant après le FN.
Le FN s’ins­crit dans l’évo­lu­tion auto­ri­taire et répres­sive de la plupart des droites euro­péennes, dans l’évo­lu­tion de cette Union euro­péenne sous direc­tion collé­giale mais à direc­tion alle­mande, qui bafoue la Grèce, son peuple, même les résul­tats de ses élec­tions. La démo­cra­tie n’est vrai­ment pas à la mode, la notion de peuple souve­rain est deve­nue une vieille­rie qui fait rica­ner presque tous les poli­ti­ciens à qui les sondages et des élec­tions à absten­tion massive suffisent. L’évo­lu­tion très auto­ri­taire de la Hongrie de Orban, ce chef d’État au cœur de la droite euro­péenne, ne les scan­da­lise aucu­ne­ment.
Que dire alors de la la spéci­fi­cité main­te­nue du FN? Le FN est-il la droite en pire, ou est-il d’une autre nature? Est-il oppor­tun de le compa­rer aux orga­ni­sa­tions fascistes des années 1920 et suivantes, en Europe?
La vulga­ri­sa­tion du fascisme et du nazisme évoque exclu­si­ve­ment et au mieux à la plupart d’entre nous les crimes de guerre des chefs fascistes et surtout les géno­cides; l »igno­rance de ce que furent ces régimes est grande. Pour­tant, la réfé­rence aux années 1920 et 1930, années de la montée vers le pouvoir des partis fasciste et nazi, est instruc­tive.

Le FN, Musso­lini.

Les fascistes italiens et les nazis alle­mands arri­vèrent au pouvoir dans des alliances avec la droite tradi­tion­nelle. Une ques­tion actuelle est de savoir si c’est le FN va faire des propo­si­tions à des frac­tions de la droite en leur propo­sant de rejoindre ses posi­tions, voire en faisant des compro­mis spec­tacles; ils sont capables de le propo­ser : ils le firent dans les années 1990. A la lumière de l’ex­pé­rience histo­rique, il appa­raît que ce scéna­rio ne serait pas néces­sai­re­ment un signe d’ adou­cis­se­ment du FN…
La violence verbale, voire physique, contre les étran­gers, si elle se diffuse à droite et dans les élites gouver­ne­men­tales, comme dans de larges couches de la popu­la­tion, reste cepen­dant un copy­right de l’ora­teur FN, et le FN ne l’at­té­nue en rien ces derniers mois. Tant est grand le succès de son discours « anti-système » et raciste. La compa­rai­son de ce discours moderne du FN avec les alliages de phra­séo­lo­gies sociale et natio­nale de Musso­lini et d’Hit­ler dans leur ascen­sion vers le pouvoir, comme avec leur indif­fé­rence à toute cohé­rence program­ma­tique sont utiles.
Dans les propos du FN, un autre thème n’a pas changé: les autres partis sont des non-patriotes, des enne­mis en puis­sance d’une nation décrite au bord de l’abîme. En cela aussi, la matrice tota­li­taire du discours du FN est toujours active.
La force du discours du FN a bien sûr des ressorts très modernes : son culte du/de la diri­geant.e est homo­gène au culte du person­nage provi­den­tiel de la Cinquième répu­blique et de l’élec­tion du président au suffrage univer­sel. Le FN se montre prag­ma­tique, Philip­pot se réfère à de Gaulle et à un programme socia­li­sant quand Marion Maré­chal Le Pen se retrouve avec les héri­tiers de l’OAS et les homo­phobes de la Manif pour tous avec un programme écono­mique libé­ral. L’es­sen­tiel, pour le FN, sera la haine centrale qui agglo­mère autour d’elle diverses haines parti­cu­lières: celle des musul­man.e.s, des arabes, des noir.e.s, des roms et des musul­mans. Et il se montre capable de susci­ter des engouems dans des frac­tions du peuple, ce que la droite ne permet plus.

Un danger tota­li­taire moderne.
Face à cette évolu­tion vers le pire, une lutte spéci­fique­ment de type anti­fas­ciste s’im­pose, et plus que jamais ; elle est à réin­ven­ter.
Prenons l’exemple récent de la Grèce. La victoire élec­to­rale de janvier 2015 de Syriza fut due au « programme de Thes­sa­lo­nique », à ses propo­si­tions unitaires publiques et sincères et aussi à une acti­vité anti­na­zie soute­nue. Nous devons en prendre exemple. Nous devons prendre exemple sur ce qui condui­sit aux succès élec­to­raux de Syriza, sur le « programme de Thes­sa­lo­nique », sur le Syriza vivant d’avant le mois de juillet 2015.
Une paren­thèse : ce mois de juillet 2015 lorsque Tsipras signe le dernier memo­ran­dum, il bafoue le « Non » qu’une large majo­rité de grecs, des milieux popu­laires et de la jeunesse surtout, au réfé­ren­dum de juillet..qu’il avait convoqué et auquel il avait appelé à voter « Oxi » . Cet été 2015 fut le moment à partir duquel le leader de la gauche radi­cale grecque porta une poli­tique dictée jusque dans les moindres détails par l’UE… tout en la critiquant. Bref il est devenu une image de plus de l’im­puis­sance poli­tique sous contrôle des agents de l’UE. Cela conti­nue, se précise, s’ac­cen­tue. Autre histoire ?
Non, car les extrême-droites euro­péennes affichent leur volon­ta­risme poli­tique en rupture des poli­ti­ciens du « système » qui n’ont qu’à déci­der ce que les capi­ta­listes leur ordonnent; c’est la loi du néoli­bé­ra­lisme. Un volon­ta­risme haineux et mêlant diverses haines de l’autre, de l’étran­ger, du loin­tain, mais un volon­ta­risme qui, cari­ca­ture de désir de poli­tique, vient tenir lieu de seul désir poli­tique restant. Même si c’est une jouis­sance haineuse qui se substi­tue ici au désir de vie.
La situa­tion écono­mique, donc sociale, est instable et impré­vi­sible à un point tel qu’il serait hasar­deux d’af­fir­mer que demain les capi­ta­listes ne se tour­ne­ront en aucun cas vers le FN et les autres extrême-droites euro­péennes. Le pire est possible, mais cette tendance n’est pas irré­ver­sible.
La venue au pouvoir du FN serait une destruc­tion annon­cée des liber­tés, et une chasse aux migrant.e.s et à tous les dési­gnés « enne­mis de la patrie » ; nous devons en tirer quelques consé­quences immé­diates. Qu’au moins quelques dizaines de milliers parmi ces jeunes Français qui sont oppo­sés aux solu­tions auto­ri­taires se mobi­lisent est un objec­tif à court terme.
C’est une année de combats poli­tiques âpres qui commence.

Pascal Bois­sel, 3–1–2015

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.