Aller au contenu

« La démo­cra­tie à l’épreuve du libé­ra­lisme »- articles de la dépu­tée d’En­semble!

Jacque­line Fraysse est dépu­tée de Nanterre et Suresnes. Elle avait quit­tée le PCF pour rejoindre la FASE et est main­te­nant membre d’En­semble. Nous vous propo­sons « Lien », le jour­nal publié par Jacque­line Fraisse et qui rend compte de son mandat de dépu­tée.

L’exa­men en nouvelle lecture du projet de loi Macron a débuté cette semaine en commis­sion spéciale à l’As­sem­blée natio­nale et se pour­sui­vra en séance publique dès la semaine prochaine. Empê­tré dans ses contra­dic­tions entre l’af­fir­ma­tion de sa fidé­lité à gauche, encore répé­tée lors du dernier congrès du PS avec la victoire d’une motion qui affirme notam­ment son oppo­si­tion au travail du dimanche, et le contenu fran­che­ment libé­ral de ce texte qui géné­ra­lise ce même travail domi­ni­cal, le Premier ministre a décidé de pour­suivre son coup de force auto­ri­taire.

En première lecture, le gouver­ne­ment avait dû recou­rir à la procé­dure du 49–3 pour impo­ser sans vote un texte qui, outre la géné­ra­li­sa­tion du travail domi­ni­cal et de nuit, rabote les normes envi­ron­ne­men­tales, faci­lite les licen­cie­ments collec­tifs, affai­blit l’Ins­pec­tion du travail et les prud’­hommes et… allège la fisca­lité sur les actions gratuites que les diri­geants du CAC 40 se distri­buent entre eux.

Est-ce assez ? Il faut croire que non, puisque le Sénat – désor­mais majo­ri­tai­re­ment à droite – n’a pas manqué de s’en­gouf­frer par la porte ainsi ouverte par le gouver­ne­ment, en éten­dant sans contre­par­tie le travail domi­ni­cal dans le entre­prises de moins de 11 sala­riés, en le géné­ra­li­sant dans les enseignes cultu­relles, en adop­tant de nouvelles déro­ga­tions aux 35 heures ou en démon­tant le compte péni­bi­lité.

Cerise sur le gâteau, le ministre de l’éco­no­mie a approuvé un amen­de­ment de l’UMP créant une commis­sion char­gée d’écrire un nouveau code du travail simpli­fié.

Pour cette nouvelle lecture, le gouver­ne­ment a pris garde de bien enca­drer les débats. Ainsi, la procé­dure du temps programmé n’ac­corde que 2h20 au groupe GDR pour se pronon­cer sur les 315 articles de ce texte, soit 26 secondes par article. Et comme cela ne devrait pas suffire à calmer les oppo­sants à ce texte, le Premier ministre n’a pas exclu de dégai­ner à nouveau l’arme du 49–3.

Par cette démarche auto­ri­taire, le gouver­ne­ment apporte la preuve – si besoin était – que le libé­ra­lisme écono­mique se marie bien mal avec le débat et la démo­cra­tie. Une expé­rience que vivent en direct nos amis grecs*…

Jacque­line Fraysse. Article extrait du « Lien » n° 187 diffusé par Jacque­line Fraysse.

* Devant le refus d’Alexis Tsipras d’ac­cep­ter les réformes impo­sées par Bruxelles, les banquiers de Gold­man Sachs, qui avaient aidé un précé­dent gouver­ne­ment grec à truquer ses comptes publics, a récem­ment demandé un chan­ge­ment de gouver­ne­ment

Tous les articles ici

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.