Aller au contenu

Une nouvelle carte inter­com­mu­nale pour répondre à quels besoins, à quels objec­tifs ?

Commu­niqué de Jean-Louis Moreau, Patri­cia Bazin, Isabelle Ponchaux candi­dats du Front de Gauche aux élec­tions régio­nales

Comment peut-on imagi­ner un seul instant que la mise en place de cette super­struc­ture va confor­ter la démo­cra­tie, permettre aux citoyens de se faire entendre.

A aucun moment ne sont évoqués la réponse aux besoins des popu­la­tions concer­nées, le rôle et la place des services publics, la démo­cra­tie.

En lisant atten­ti­ve­ment l’in­ter­view de Jean-Pierre Abelin et la réac­tion de Michel Guérin, force est de consta­ter un consen­sus sur le fond : l’ac­cep­ta­tion de la mise en concur­rence des terri­toires.

La mise en œuvre de cette méga commu­nauté d’ag­glo­mé­ra­tion s’ac­com­pagne du dessai­sis­se­ment pour les communes de leurs prin­ci­pales compé­tences. A titre d’exemple, prenons l’ac­tua­lité locale avec le projet de ferme usine de Cous­say-les-Bois. Le maire et le conseil muni­ci­pal de cette commune ont pu dépo­ser un recours conten­tieux au tribu­nal admi­nis­tra­tif parce qu’ils ont actuel­le­ment la compé­tence en matière d’amé­na­ge­ment, d’ur­ba­ni­sa­tion de leur terri­toire commu­nal. A comp­ter de 2016, cette compé­tence est trans­fé­rée aux struc­tures inter­com­mu­nales.

Comment dans ce cadre, pouvoir prétendre que l’iden­tité des 51 communes sera préser­vée alors que les maires et leurs conseils muni­ci­paux n’au­ront plus la main sur l’es­sen­tiel.

Ajou­tons que la méthode mise en œuvre par la Préfète de la Vienne est pour le moins surpre­nante, il n’y aurait rien à débattre, c’est son projet de redé­cou­page ou rien. C’est une concep­tion très parti­cu­lière de la démo­cra­tie, de la prise en consi­dé­ra­tion des élus et des citoyens.

Il n’y a pas de fata­lité à la mise en œuvre de cette nouvelle carte inter­com­mu­nale, les citoyens et les élus peuvent entrer en résis­tance, en refu­sant le projet et en deman­dant que s’ouvre un véri­table débat, une véri­table concer­ta­tion.

C’est d’ailleurs ce que demande le conseil commu­nau­taire des Portes du Poitou par un vote unanime. Commençons d’abord par réflé­chir à ce qui permet­trait d’amé­lio­rer la vie quoti­dienne, d’as­su­rer l’éga­lité d’ac­cès aux services publics avant de décré­ter des fron­tières arbi­traires aux inter­com­mu­na­li­tés.

Châtel­le­rault le du 24/11/15

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.